Jimi Hendrix
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Jimi Hendrix

Le forum francophone
 
AccueilDernières imagesRechercherS'enregistrerConnexion
Le Deal du moment :
Display Star Wars Unlimited Ombres de la Galaxie : ...
Voir le deal

 

 Variations On A Theme: Red House (1989)

Aller en bas 
+2
Electric Thing
Ayler
6 participants
AuteurMessage
Ayler
Admin
Ayler


Messages : 3112
Date d'inscription : 04/06/2010
Age : 52

Variations On A Theme: Red House (1989) Empty
MessageSujet: Variations On A Theme: Red House (1989)   Variations On A Theme: Red House (1989) Icon_minitimeSam 10 Juil 2010 - 12:27

The Jimi Hendrix Reference Library
Variations On A Theme: Red House
(1989)


Variations On A Theme: Red House (1989) R-5372734-1543705429-1349.jpeg


1. Berkeley : 30 mai 1970 (1er concert)
2. Randall’s Island : 17 juillet 1970
3. TTG Studios (Los Angeles) : 29 octobre 1968
4. Los Angeles Forum : 26 avril 1969
5. Royal Albert Hall (Londres) : 24 février 1969
6. Winterland (San Francisco) : 10 octobre 68 (1er concert)
7. John Lee Hooker : 20 mars 1989


Même si les disques de rock publiés dans les années 80 ne le laissent que rarement entendre, la guitare était alors extrêmement populaire. Non seulement les revues pour apprentis-guitaristes se multipliaient (avec Joe Satriani ou Steve Vai en couverture une fois sur trois ...), mais les recueils de tablatures des guitaristes légendaires se vendaient eux aussi comme des petits pains.
Les recueils consacrés aux trois albums de l'Experience se vendirent assez pour que l'idée de produire des albums de Jimi Hendrix destinés aux seuls apprentis-guitaristes fasse son chemin : 5 albums inédits furent ainsi publiés conjointement par Are You Experienced? Ltd. (Alan Douglas) et Hal Leonard Publishing Corporation.
Cette collection, publiée sous le nom de "The Jimi Hendrix Reference Library" comportait les cinq volumes suivants :
- Fuzz, Feedback and Wah Wah ;
- Whammy Bar and Finger Grease ;
- Variations On A Theme: Red House ;
- Octavia and Univibes ;
- Rhythms.

Seul "Variations On A Theme: Red House" retiendra ici notre attention : les quatre autres volumes sont généralement constitués de courts extraits illustrant les techniques guitaristiques de Jimi.
"Variations On A Theme: Red House" peut être considéré comme un véritable album, dans la mesure où c'est Hendrix l'improvisateur qui est ici mis en avant, et les morceaux illustrant le talent de Jimi sont en principe entiers.
Sur les 6 versions présentées alors, seule la deuxième n'était pas inédite. Le dernier titre est un clin d'œil sympathique : c'est une version de John Lee Hooker, accompagné de Booker T. Jones à l'orgue, Randy California à la guitare rythmique, Phil Chen à la basse, et Bruce Gary (le collaborateur de Douglas) à la batterie.

L'album s'ouvre sur la version jouée par le trio Hendrix/Cox/Mitchell lors du premier concert donné à Berkeley le 30 mai 1970 (chroniqué dans le détail ici : Berkeley [Premier concert]).
Ce n'est pas la plus inspirée du recueil : le tempo est assez rapide, le chant médiocre, l'improvisation resserrée (des versions de Jimi, c'est la plus courte) , et le solo central moyennement inspiré. Une mise en bouche...

La version suivante est présentée à tort comme étant extraite du concert de l'Experience donné à Newport le 20 juin 1969, mais c'est bien la version historique du 17 juillet 1970 (Chronique du concert : Randall’s Island (New York Pop) ), que l'on retrouve sur The Jimi Hendrix Concerts (1982): le titre y est chroniqué dans le détail.
Si la version est déjà connue, le mixage est radicalement différent : le son est plus proche d'une excellente prise audience que du mixage cosmique d'Alan Douglas. Un mixage plus puriste donc.

Les informations concernant la plage 3 ne sont pas plus exactes : le titre date en fait des sessions de l'Experience aux TTG Studios, et c'est une chimère d'Alan Douglas. En effet, l'introduction est une jam de l'Experience avec Lee Michaels à l'orgue et Buddy Miles à la batterie complètement distincte de la prise de "Red House" : la jam continue d'ailleurs sur plusieurs minutes.
"Electric Church" est encore plus sévèrement éditée sur "Blues" que sur "Variations On A Theme" : la minute 46 présente ici est délestée d'une bonne minute sur "Blues" !
L'intérêt de cette prise de "Red House" est double : outre le fait qu'elle soit enregistrée en studio (en l'absence de public), elle est enrichie de l'orgue de Lee Michaels, qui lui donne une saveur particulière. Les témoins présents ce jour-là s'accordent sur le fait que la session n'allait nulle part : on sent beaucoup de frustration dans cette version, où les deux derniers chorus de Jimi sont salvateurs : il atteint enfin cette transcendance qui semblait le fuir lors de ces sessions du TTG... Il ne prend toutefois pas la peine de conclure avec le dernier couplet.

La version suivante était alors le premier extrait publié officiellement d'un concert mitigé de l'Experience : celui donné le 26 avril 1969 au LA Forum. C'est pourtant une version remarquable, dont la construction est calquée sur celle des versions du Royal Albert Hall et du Winterland, étrangement mis plus tard sur le CD : on remonte le temps au lieu de suivre son cours...
Jimi avait ici trouvé un équilibre dans ses arrangements : après une longue introduction jouée sur un tempo très lent, il chantait les deux premiers couplets, suivi d'un solo central très long, toujours très intense dans un premier temps (surtout quand Mitch met le turbo), puis faisant retomber la pression avec un passage jazzy où il joue des accords percussifs avant de jouer a capella.
Cette prise est superbe : il serait de bon ton de la rééditer officiellement prochainement...

Se moquant des soucis juridiques liés à la performance du Royal Albert Hall, Douglas publiait ici la fabuleuse version de "Red House" jouée ce soir-là, où l'Experience était inspirée comme jamais. Le schéma de l'improvisation est rigoureusement le même que sur la plage précédente.
Le chant de Jimi est superbe, agrémenté d'accords jazzy et de réponses guitaristiques inspirées.
Le solo central part sur des bases plus blues qu'au LA Forum (mais pas moins inspirées), y compris lorsque le tempo s'emballe.
Le passage jazzy est très proche. Le cycle a capella est par contre plus libre, plus jazz dans l'esprit.
Mais au lieu de reprendre le chant, Jimi repart sur deux cycles très intenses, le second s'éloignant du blues alors que Mitch multiplie le tempo.
Superbe prise là encore...

La dernière version, la plus longue, est celle donnée au Winterland, dont le concert est chroniqué dans le détail à la rubrique Live : San Francisco (Winterland) : 10 octobre 1968 [Premier concert]
Le tempo, très lent, permet à Jimi de laisser son jeu respirer, d'autant qu'il joue l'introduction avec un son à peine crunchy, et peut ainsi jouer avec les silences (ce qui est quasiment impossible lorsqu'il joue avec tous les potentiomètres lorgnant sur le 10...).
Les deux premiers couplets sont un véritable régal : Hendrix revisite et se réapproprie le titre de manière magistrale. Chant posé, embellissements jazzy dans le jeu d'accords et ponctuations guitaristiques solistes inspirées : tout y passe.
Le premier cycle de 12 mesures du solo reste assez blues. Jimi connaît quelques problèmes de justesse, mais le blues s'accommode facilement de ce type de souci.
L'apaisement du troisième cycle contraste avec les tourments du précédent (violent, avec le feed back en embuscade) : la tension retombe complètement. Et c'est accompagné que de seules quelques ponctuations qu'il joue a capella le 4ème cycle. Le 5ème est joué dans le même esprit. Le 6ème cycle repart sur les bases du deuxième : la tension sature l'espace musical.
Jimi reprend ensuite le chant, et change un peu les paroles, renforçant la pointe d'humour du dernier couplet :
"Si mon bébé ne m'aime plus...
Je sais très bien que sa petite sœur grassouillette le fera... Heu, laissez-moi le dire correctement !...
Sa sœur le fera !
"

Au final ? Album méconnu, "Variations On A Theme: Red House" n'en demeure pas moins une des grandes réussites de l'ère Douglas. Le pari pouvait sembler impossible, mais les talents d'improvisateur de Jimi sont tels qu'entendre ces 6 prises de "Red House" est un véritable régal.


Le verso :

Variations On A Theme: Red House (1989) R-5372734-1543703932-4852.jpeg

Les crédits du deuxième titre sont, je le rappelle, inexacts (c'est en fait la version du 17 juillet 1970).


Dernière édition par Ayler le Jeu 28 Mai 2020 - 11:01, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Electric Thing

Electric Thing


Messages : 2068
Date d'inscription : 04/06/2010
Age : 53
Localisation : Légèrement à gauche de Saturne !

Variations On A Theme: Red House (1989) Empty
MessageSujet: Re: Variations On A Theme: Red House (1989)   Variations On A Theme: Red House (1989) Icon_minitimeSam 7 Aoû 2010 - 15:15

Citation :
Ayler a dit : Au final ? Album méconnu, "Variations On A Theme: Red House" n'en demeure pas moins une des grandes réussites de l'ère Douglas. Le pari pouvait sembler impossible, mais les talents d'improvisateur de Jimi sont tels qu'entendre ces 6 prises de "Red House" est un véritable régal.

Tout à fait d'accord avec toi, c'est un excellent recueil.

En plus d'offrir un paquet d'inédits, on a droit à de magnifiques versions.
On pourrait croire le truc un peu lourd (se taper 6, voire 7, versions de Red House à la suite) mais la diversité des versions font qu'au contraire, on en aurait bien voulu d'autres !
Même la version de John Lee Hooker est sympa !


Je ne sais pas si il est encore édité ?
Revenir en haut Aller en bas
Ayler
Admin
Ayler


Messages : 3112
Date d'inscription : 04/06/2010
Age : 52

Variations On A Theme: Red House (1989) Empty
MessageSujet: Re: Variations On A Theme: Red House (1989)   Variations On A Theme: Red House (1989) Icon_minitimeJeu 12 Aoû 2010 - 5:31

Electric Thing a écrit:
Je ne sais pas si il est encore édité ?

Non. Blues excepté, aucun album de l'ère Douglas n'a été réédité.
Revenir en haut Aller en bas
freddy.lombard

freddy.lombard


Messages : 325
Date d'inscription : 13/07/2020
Age : 65

Variations On A Theme: Red House (1989) Empty
MessageSujet: Re: Variations On A Theme: Red House (1989)   Variations On A Theme: Red House (1989) Icon_minitimeSam 26 Fév 2022 - 16:21

(message déplace depuis le fil des requêtes)

MES HUIT VERSIONS DE RED HOUSE

Je sais qu’il en existe bien d’autres (en tout dix-huit versions live répertoriées sur les albums et coffrets divers, CD et vinyles compris – hors bootlegs !), mais je me suis amusé à comparer « mes » huit versions sur les CD officiels remasterisés puis à écrire quelques impressions que Titi m'a invité à poster ici.  

Are you experienced ? (w/ Redding /Mitchell) – enreg.13 décembre 1966, sortie 1967 (3 min 44 s)
La version studio de référence. En réalité un blues extrêmement basique dont l’histoire a montré qu’il pouvait servir de base à toutes les interprétations possibles. Tellement basique que sur mon premier pressage français, le vinyle ne comportait pas Red House ! Le rythme est chaloupé avec un beau ternaire scandé par la basse de Noel Redding. On est sur un mid-tempo plus rapide que sur la totalité des versions live. [Pas de note : version studio !]

Miami Pop Festival (w/ Redding /Mitchell) – 18 mai 1968 (12 min 6 s)
Une interprétation très classique, qui fixe la structure de référence que l’on retrouvera jusqu’à Wight en 1970. Le chant de Jimi est harmonieux, sa voix est claire, très juste, très impliquée, voire imbriquée avec le jeu de guitare. Le pont vaguement jazzy est une esquisse de celui qu’on retrouvera pleinement développé à San Diego. Il y a même un long passage pendant lequel la basse assure seule (!) puis la guitare revient discrètement jusqu’à un long roulement de caisse claire qui introduit le final où Mitch Mitchell se déchaîne malgré le tempo assez lent. C’est ce long pont inhabituel qui rend cette version presque aussi attachante que celle de San Diego. [4,5/5]

Valley of Neptune – Olympic studios (w/ Redding /Mitchell) en répétition pour le Royal Albert Hall  – 24 février 1969 (8 min 22 s)
Un tempo plus lent que la moyenne. Le son est plus uniforme. Le morceau est traité comme un blues classique ; le solo est un peu moins inspiré au départ, mais la technique est là, le glissando typique de Jimi est bien présent, puis les notes sont égrenées en cascades de gouttelettes sonores. Peu avant la reprise vocale, le solo se fait plus rageur, presque agressif. Sur le CD, le morceau part en fade out, ce qui laisse présager que la version originale est un peu plus longue. Globalement cette version est une belle introduction au blues de Jimi Hendrix, mais elle n’atteint pas les sommets d’improvisation que l’on retrouve sur d’autres concerts. [3,5/5]

Hendrix in the West (CD) - San Diego (w/ Redding /Mitchell) – 24 mai 1969 (13 min 12 s)
Pour moi, il s’agit de la version de référence : longue, tranquille, tout roule, on chemine le long d’une route bluesy pendant un peu plus de quatre minutes, puis le solo décolle, les notes se démultiplient, la distorsion intervient progressivement – tout en restant sur la classique gamme de septième. Deux minutes plus tard la section rythmique passe en mode binaire et double les temps forts, donnant l’impression d’un rock endiablé ; le solo s’écarte des sentiers battus et hurle
Arrivé à huit minutes, l’incroyable se produit : le pont est totalement jazzy, les sonorités de guitare semblent comme produites par des cordes frappées ! Puis la guitare joue a capella de multiples petites notes cristallines, élégamment passées à la moulinette wha-wha. Quelques deux minutes plus tard on revient à un blues classique mais bien rythmé - la caisse claire et la basse marquent les triolets ! – et enfin le morceau reprend son cheminement tranquille avec la partie vocale et le final ultra-classique. À la fin, on a l’impression d’avoir voyagé un peu avec le trio mythique de l’Experience. [5/5]

Live at Woodstock (w/ Cox/Mitchell) – 18 août 1969 (5 min 24 s)
Cette version plus courte et surtout plus rapide que la plupart des autres jouées en concert attaque de plein fouet avec un son de guitare assez rock – ce son si typique de Woodstock reconnaissable entre tous. Jimi a l’air très à l’aise, son chant est remarquablement pur, et l’ensemble du groupe sonne aussi « frais » qu’un jeune groupe débarqué d’une scène de club, ce qui peut paraître incroyable quand on connaît les conditions difficiles du set (longue attente, prestation au petit jour..!). La durée très brève évoque évidemment la version studio de l’album Are you experienced ? Pourquoi ont-ils choisi de ne pas la faire durer plus ? Mystère… [3,5/5]

Freedom : Atlanta Pop Festival (w/ Cox/Mitchell) – 4 juillet 1970 (8 min 26 s)
Le son global est très proche de l’enregistrement au festival de Woodstock. L’intro à la guitare est jouée avec un naturel absolu,  les doigts surfent sur les frettes ; on est très au-delà de la perfection technique formelle, tout l’instrument est le prolongement naturel - corps et âme  - du guitariste. Il s’agit là d’une version qui semble vécue de l’intérieur, d’une interprétation « habitée ». La structure reste classique avec un pont soutenu de façon un peu « hard » par la section rythmique et la durée n’est pas excessive avec ses huit minutes. Vers la sixième minute la pédale wha-wha entre en jeu et c’est pour moi l’une des plus belles résurgences des expérimentations de Jimi lors de sa première carrière avec Curtis Knight (Hush Now, Mercy Lady Day…).
Si musicalement parlant la version de San Diego (In The West) me paraît être la version de référence, c’est bien celle du Winterland qui dégage l’atmosphère avec laquelle on se sent le plus communier avec Hendrix – finalement la version la plus « soul ». [4,5/5]

Blue Wild Angel – Live at the Isle of Wight (w/ Cox/Mitchell) – 30 août 1970 (11 min 39 s)
Malgré la réputation de la prestation de Jimi Hendrix à Wight, cette version reste très académique – on retrouve pratiquement l’esprit originel et la structure de la version jouée à Miami en 1968 ! - avec un son de guitare ni trop « pur » ni trop saturé et un jeu très coulé. Jimi assure une sorte de minimum syndical (Ayler a écrit quelque part qu’il joue « en mode automatique » ou quelque chose comme ça), mais les automatismes sauvent la mise, tandis que le professionnalisme et le talent permettent d’éviter un naufrage que l’on aurait cru annoncé à cause des conditions même de ce concert historique et légendaire. Et même si le solo est un petit peu anarchique et entrecoupé par le fameux « incident », sur les parties rythmiques, la cohésion du groupe est très forte. [4/5]

Live in Maui - 30 juillet 1970 (6 mn 40 s)
La restitution sonore est bonne, mais pas au maximum de la qualité que l'on retrouve sur d'autres concerts remasterisés. Le son de la guitare va évoluer, de cristallin en début de morceau, il devient progressivement plus « sale » et vaguement saturé au fur et à mesure que le solo avance, puis, vers 4 mn 30 s arrive la wha-wha. Le solo, bien que plus court que sur d'autres versions en public, est superbe, taillé au cordeau, avec un jeu très coulé en début de morceau. Ce Red House bien dépouillé donne l'occasion de bien entendre la basse - très fidèle aux souvenirs de sons de basse live que j'ai de l'époque - et la batterie (sauf les cymbales!), surtout en début de morceau.
Une belle interprétation qui laisse un peu sur sa faim. [3,5/5]


Dernière édition par freddy.lombard le Mar 1 Mar 2022 - 9:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Titi

Titi


Messages : 3342
Date d'inscription : 05/06/2010

Variations On A Theme: Red House (1989) Empty
MessageSujet: Re: Variations On A Theme: Red House (1989)   Variations On A Theme: Red House (1989) Icon_minitimeSam 26 Fév 2022 - 17:34

Merci pour ce post détaillé ! Il faudra que je réécoute la version de Miami qui ne m'avait pas marqué plus que ça. 5/5 pour la version de San Diego, je pense que tout le monde sera d'accord.  Je te rejoins sur pas mal de tes impressions.

N'hésite pas à poursuivre avec les versions restantes, au moins les plus connues (Winterland, Randall's Island...) !


Dernière édition par Titi le Dim 27 Fév 2022 - 8:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
jmarshallh

jmarshallh


Messages : 786
Date d'inscription : 06/06/2010
Age : 50

Variations On A Theme: Red House (1989) Empty
MessageSujet: Re: Variations On A Theme: Red House (1989)   Variations On A Theme: Red House (1989) Icon_minitimeSam 26 Fév 2022 - 20:03

freddy.lombard a écrit:

Live at Woodstock (w/ Cox/Mitchell) – 18 août 1969 (5 min 24 s)
Cette version plus courte et surtout plus rapide que la plupart des autres jouées en concert attaque de plein fouet avec un son de guitare assez rock – ce son si typique de Woodstock reconnaissable entre tous. Jimi a l’air très à l’aise, son chant est remarquablement pur, et l’ensemble du groupe sonne aussi « frais » qu’un jeune groupe débarqué d’une scène de club, ce qui peut paraître incroyable quand on connaît les conditions difficiles du set (longue attente, prestation au petit jour..!). La durée très brève évoque évidemment la version studio de l’album Are you experienced ? Pourquoi ont-ils choisi de ne pas la faire durer plus ? Mystère… [3,5/5]

concernant la durée, peux être tu ne le savais pas, mais Jimi casse une corde au moment de son solo. du coup il laisse la main à larry qui va jouer quelques gammes (pas très inspirées à mon gout , mais çà c'est une autre histoire). pendant ce temps jimi répare (ou change de strat je ne sais plus) et revient pour conclure.
la version "cutée" que tu as entendue doit être celle de l'enregistrement officiel, sur de nombreux bootlegs tu trouveras la version  "complète" .

c'est une belle chronique que tu nous as fais là, et effectivement à mon tour je vais réecouter miami qui ne m'avait pas plus marqué que çà !  Variations On A Theme: Red House (1989) 1f64c

effectivement tu peux aller rajouter Randall's Island , et autres, (paris 68 ...)
Revenir en haut Aller en bas
http://www.montpelliergo34.com
Tontonjimi

Tontonjimi


Messages : 2604
Date d'inscription : 04/06/2010
Age : 50
Localisation : Dunkerque (France)

Variations On A Theme: Red House (1989) Empty
MessageSujet: Re: Variations On A Theme: Red House (1989)   Variations On A Theme: Red House (1989) Icon_minitimeDim 27 Fév 2022 - 8:28

à Woodstock il change juste de corde pas de strat' rabbit
Revenir en haut Aller en bas
Electric Thing

Electric Thing


Messages : 2068
Date d'inscription : 04/06/2010
Age : 53
Localisation : Légèrement à gauche de Saturne !

Variations On A Theme: Red House (1989) Empty
MessageSujet: Re: Variations On A Theme: Red House (1989)   Variations On A Theme: Red House (1989) Icon_minitimeDim 27 Fév 2022 - 11:48

Merci Freddy ✌🏻
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Variations On A Theme: Red House (1989) Empty
MessageSujet: Re: Variations On A Theme: Red House (1989)   Variations On A Theme: Red House (1989) Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Variations On A Theme: Red House (1989)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Question sur La musique est ma couleur, variations sur Jimi Hendrix de Jeanne-Martine Vacher
» Magazines Français 1989 - 2014
» Las Vegas Tango - Une vie de Gil Evans (Laurent Cugny) [1989]
» Fréquence Nord, émission spéciale Hendrix, 1989 ou 90 ?
» Jimi Hendrix - Vie et légende (Charles Shaar Murray) [1989]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Jimi Hendrix :: LA MUSIQUE :: Chroniques Hendrixiennes-
Sauter vers: