Jimi Hendrix
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Jimi Hendrix

Le forum francophone
 
AccueilRechercherS'enregistrerConnexion
Le Deal du moment : -48%
[Offre Prime] Sonnette vidéo connectée ...
Voir le deal
49 €

 

 Live In Maui (2020)

Aller en bas 
AuteurMessage
freddy.lombard

freddy.lombard

Messages : 158
Date d'inscription : 13/07/2020
Age : 62

Live In Maui (2020) Empty
MessageSujet: Live In Maui (2020)   Live In Maui (2020) Icon_minitimeMar 8 Juin 2021 - 16:27

Je me permets une petite chronique, très subjective. C'est ici, après quelques écoutes en boucle, le simple point de vue de l'auditeur, du fan et de l'amateur que je suis : Very Happy

On ne sait pas trop ce qu’a fumé Chuck Wein avant d’introduire le groupe. « Welcome cosmic brothers and sisters. […] The purpose of the humanity for being on this planet in the great cosmos in the multi universes… ». Il faut dire qu’il sortait de cinq années de collaboration –euh, psychédéliques ? - avec Andy Warhol.

Le premier CD démarre avec Hey Baby (New Rising Sun), originellement joué en troisième position lors du premier concert.  Pour ce qui concerne les raisons pour lesquelles l’ordre des morceaux diffère entre le concert et le CD je laisse des biens plus qualifiés que moi en discuter ; ma modeste théorie concernant ce titre mis en exergue est peut-être qu’il s’agit là d’une des toutes meilleures versions jamais jouées et enregistrées par Jimi Hendrix. Une autre raison pourrait être la qualité du son. Il a en effet bénéficié d’un re-recording en studio pour la batterie, ce qui rend la restitution des cymbales quasi impeccable. Ce ne sera hélas pas le cas pour tous les morceaux de ce double CD. Le fait est que l’on sent l’artiste en forme, ce premier solo coule facilement, la voix est claire, l’énergie est là, on sent que le concert va être riche.

Le titre est enchaîné littéralement avec In from the storm, ce qu’il fut lors du concert. Même son que précédemment, la basse est nette, bien découpée. Mitch Mitchell semble totalement déchaîné, mais en réalité il est pleine possession de ses moyens. Les roulements sont ciselés, le break central introduit une seconde partie de morceau héroïque. Là aussi, grâce à l'overdub, le son de la batterie est digne des meilleurs enregistrements studio remasterisés.

Vient ensuite l’un des morceaux de bravoure traditionnels avec Foxey Lady. On passe à la vitesse supérieure, les musiciens sont complètement chauffés, le morceau a en réalité joué en cinquième position. La qualité du son est peut-être un poil en dessous des deux morceaux précédents, mais on sent que l’équipe a bien retravaillé les bandes. La section rythmique est toujours aussi guerrière mais précise, tandis que Jimi assure une partie de guitare à laquelle on serait bien en mal de trouver un quelconque défaut. La prise de son de la voix pêche légèrement, mais l’ensemble reste très correct. Le « Thank you very much » de Jimi est enjoué, on le sent très à l’aise…

… D’autant plus à l’aise qu’il est désormais en condition d’interpréter Hear my train A-Comin’ devenu à cette époque le blues « préféré » du trio, prenant en ça la place de Red House (joué lors du second concert et présent sur le deuxième CD). Les fans qui connaissent tous les albums officiels trouveront que ce titre est un peu trop présent sur les productions Experience Hendrix. Pourtant, ici l’interprétation vaut pour l’attaque du solo dans lequel Jimi se plonge corps et âme. Sur le plan technique, le solo peut paraître un peu brouillon, mais il est joué avec les tripes, on n’y perçoit aucun automatisme, chaque note sort du plus profond de cette osmose que forment le guitariste et son instrument. Aux deux-tiers du morceau, un répit est accordé à l’instrument, laissant à la basse et la batterie soutenir tranquillement la reprise du chant, puis le groupe poursuit le voyage jusqu’à un final inattendu où tout s’apaise. Sans conteste l’une des plus belles réussites de ce premier album. Côté son on a un peu perdu par rapport aux premiers morceaux du CD. Il faut écouter raisonnablement fort pour s’immerger dans ce beau blues classique parmi les classiques de la set list du trio.

Sur le CD comme lors du concert le groupe enchaîne avec Voodoo Child (Slight Return) qui vient juste après. Comme l’explique Ayler, il ne s’agit pas à proprement parler d’un blues comparable à Hear my train A-Comin (pour des raisons de tonalité ?). Quoi qu’il en soit on a changé d’univers : le son de la guitare est hyper saturé, le solo est méchant, on croirait l’ambiance presque dangereuse, comme chargée d’une hargne. On  est en présence d’un morceau de bravoure : qui aurait cru que ce Voodoo Child si souvent interprété en concert et si présent sur les albums live puisse encore nous surprendre ? À l’image de Jimi, sa section rythmique – qui pourtant respecte à peu de choses près la partition originale – semble elle aussi chauffée à blanc ! Le morceau se termine par un petit solo de batterie qui assure la transition avec Fire.
 
Par l’effet quasi magique de ces roulements de caisse claire on est passé du ternaire de mid-tempo de Vodoo Child au binaire rapide de Fire. Le son s’est un peu dégradé, l’interprétation semble un peu brouillon. Ce n’est probablement pas la meilleure interprétation de ce titre désormais disponible sur nombre de disques live de cette tournée.  

Pas de répit pour le trio qui se lance dans l’incontournable Purple Haze. Là-aussi, le son un peu étriqué (un peu seulement…) ne rend pas totalement justice à ce classique interprété ici de façon assez académique : si l’on n’est pas surpris, on n’est pas non plus déçu. Côté solo, l’inspiration de Jimi baisse un tout petit peu à ce passage du concert et il se revient rapidement au riff principal. Le choix de respecter quasiment le format de la version originale studio de ce morceau ne laisse pas suffisamment d’espace à Jimi pour s’exprimer librement. Seule la fin où il esquisse quelques notes du Star Spangled Banner lui permet d’esquisser une improvisation.

Ici il y a une coupure nette sur le disque puisque l’on passe à Spanish Castle Magic qui a introduit le premier set. La raison de sa position en fin de disque paraît très claire : le son est encore très brouillon, on est en début de concert, la balance n’est pas encore définitive, on semble terminer les derniers réglages du sound check. C’est peut-être le morceau qui offre le son le plus faible de ce coffret, ce qui ne lui rend pas justice parce que l’interprétation de Jimi est à la fois explosive et bien en place. Si la partie de Billy Cox est très simple et sans surprise (peut-être à cause d’un ratage en début de morceau ?), c’est surtout l’occasion de se chauffer pour Mitch Mitchell qui enchaîne les roulements à tout va. L’impression de sound check est encore renforcée quand on compare la mise en place légèrement approximative de l’intro avec la fin du morceau, bien mieux en place.

On continue avec un Lover Man hyper rapide. Cette interprétation pose question : est-ce une préfiguration de l’ère punk et de ses morceaux de deux minutes et quelques ou bien est-ce que les musiciens veulent se « débarrasser » de ce morceau ? Pour ma part j’ai l’impression qu’ils terminent l’échauffement par cette petite composition très rapide et pleine de breaks pour se préparer à la suite du concert et entrer dans le vif du sujet.

Cette théorie est peut-être moins loufoque qu’il n’y paraît, parce que le morceau qui suit, Message to love (joué à l’origine entre In from the Storm et Foxey Lady !) est selon moi presque parfaite même si elle ne réserve pas d’énormes surprises à qui connaît d’autres version live de ce morceau.  Le son s’améliore un peu, la balance est terminée. La restitution du rendu d’époque n’est probablement pas trop mauvaise, à l’exception – évidemment ! – de la quasi absence des cymbales. Pour être tout à fait honnête, quand on se souvient du son des concerts en plein air de cette époque, on se dit que nos critères actuels de perfection sonore n’avaient pas encore cours. Et même avec un son vaguement étique, ce Message to love se laisse écouter avec beaucoup de plaisir. Bilan du premier disque : son inégal avec de belles parties tout de même, quelques interprétations mémorables avec des solos ciselés… On attend avec impatience le second concert !

Le deuxième CD démarre avec Dolly Dagger. Cerise sur le gâteau : les producteurs ont conservé l’ordre des morceaux joués sur scène. Les tâtonnements du premier concert semblent terminés, les réglages sont mémorisés, on devrait commencer le set dans des conditions de prise de son et de restitution un peu meilleures. Il faut être tout à fait honnête, ce Dolly Dagger d’une interprétation très honnête n’offre pas le son attendu, pas plus que les morceaux qui vont suivre. Dans la mesure où les albums précédemment sortis par Experience Hendrix ont fait montre d’une remasterisation plutôt excellente, celle-ci ne peut être mise en doute. La seule explication valable est une prise de son à la console pour le moins perfectible.Je n’irai pas jusqu’à dire comme Ayler que cette prise soundboard est inférieure à une prise audience (surtout avec les moyens d’enregistrement dont disposait le public à l’époque), mais il doit certainement y avoir ça et là quelques contre-exemples. À vrai dire le son n’est même pas mauvais au sens propre, c’est plutôt la bande passante qui semble rétrécie : les basses manquent de sous-harmoniques, la batterie semble avoir perdu ses cymbales.

Une fois que l’on est accoutumé au son, on se concentre sur l’interprétation. Sans transition c’est un Villanova Junction d’anthologie qui s’est joué ce soir là. Et pourtant la barre était placée très haut : le groupe évite l’écueil qui aurait consisté à reprendre le titre à la façon de Woodstock, et se lance dans une version dépouillée, presque bluesy. Que ce morceau est beau (et quel dommage pour le son…).

On en comprend pas très bien par quel miracle le son de batterie paraît meilleure sur le morceau qui enchaîne directement, à savoir Ezy Rider. Après l’accalmie de Villanova Junction, le tempo accélère. Le morceau est bien mis en place, la cohésion du groupe est excellente. Le public apprécie. Le son est presque bon – notamment parce que la partie de batterie a été enregistrée.

Après une très courte pause, c’est parti pour près de sept minutes de Red House. Au départ le son de guitare est presque cristallin, la basse est assez bien restituée, et comme l’intro est très dépouillées, on entend assez bien la batterie (à part ces fichues cymbales dont on peut se demander si les micros n’ont pas été shuntés !). L’interprétation est classique, nette et sans bavure, la version est au final assez courte comparée à celle d’autres concerts.

Retour à un rythme plus soutenu avec Freedom.  Je ne sais dire pourquoi, je trouve que la partie de guitare (surtout la première partie) est l’une des meilleures jamais jouées sur ce morceau, un je ne sais quoi de… funky qui semble enthousiasmer la section rythmique si l’on en croit l’interprétation. Sur la lancée, le morceau aurait pu durer deux fois plus longtemps que l’on ne s’en serait pas plaint.

On sent que le groupe a envie de s’exprimer dans le Jam Back at the House qui suit. Là aussi, passée l’introduction, le beat semble sorti d’une session funk façon Sly Stone. Vers le milieu du morceau, la batterie prend le leadership ; ce morceau assez rapide est plus technique qu’il n’y paraît – les batteurs n’auront aucun doute à ce sujet en écoutant Mitch Mitchell. Le morceau se caractérise aussi par de longs passages où la guitare et la basse jouent à l’unisson (à l’octave près, évidemment). La fin est un peu étrange, Jimi est absorbé, les notes s’écoulent avec une sorte de nostalgie qui contraste avec le départ épique du morceau.

On n’a pas senti la transition, mais on est déjà passé à Straight Ahead. La partie de guitare est épurée mais efficace, carrée. Il faut dire qu’en trois minutes il n’y a pas de place pour un solo.

Et ce deuxième soir, le groupe nous gratifie d’une autre version de Hey Baby (New Rising Sun), avec une intro très différente de celle jouée lors du premier set. Et là on se met à maudire le son devenu très pauvre, d’autant que le morceau est d’autant plus habité que son interprétation est assez sauvage.

Le disque se termine par un Stone Free conduit à un train d’enfer par la batterie de Mitch Mitchell avec un petit pont (une « citation ») d’Hey Joe et un final déchaîné.  Est-ce une illusion ou une certaine lassitude de l’oreille ? Le son semble se dégrader au fur et à mesure que l’album se termine.

On peut grosso-modo diviser ce double album CD (triple LP) en trois parties de longueur inégale : la première moitié du premier concert bénéficie d’un son très honorable et d’une bonne remasterisation avec ses parties de batteries réenregistrés. La seconde partie du premier concert est un en dessous, non par les performances du groupe mais par la qualité sonore. Quant au CD qui couvre le second concert, il souffre hélas d’une qualité sonore un peu faible – tout de même supérieure à celle de bien des bootlegs d’époque – qui gâche un peu l’écoute et laisse l’auditeur un peu sur sa faim.

Comme le disait Ayler, ces deux concerts « bien remixés » auraient pu faire l’objet d’une sortie chez Dagger Records. En effet, on peut dire que ce double album vaut surtout d’être écouté par les fans mais qu’hélas, en l’état, il ne mérite pas mieux qu’une note de 2,5/5 à cause de ses faiblesses de prise de son sur la console. Quant à sortir ce double CD (triple LP) dans le « grand public »… Peu probable qu’Experience Hendix s’attende à de bonnes ventes.

Reste à savoir si le coffret complet vaut l’achat. La vision du Blu-Ray nous le confirmera, mais les premiers retours sur le forum évoquent une qualité d’image bluffante. Celle-ci arrivera-t-elle à nous faire avaler la pilule un peu amère d’un son qui potentiellement aurait pu être mieux retravaillé ?


Dernière édition par freddy.lombard le Mer 9 Juin 2021 - 12:07, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
robertoblake

robertoblake

Messages : 634
Date d'inscription : 30/03/2013
Age : 43
Localisation : Marseille

Live In Maui (2020) Empty
MessageSujet: Re: Live In Maui (2020)   Live In Maui (2020) Icon_minitimeMar 8 Juin 2021 - 16:54

Merci Freddy pour ta chronique.
Pour moi cette sortie, c'est du réchauffé, comme évoqué cela s'adresse aux fans hardcore.
Bref ça ne me pousse pas à acquérir cette édition.
Revenir en haut Aller en bas
upfromtheskies

upfromtheskies

Messages : 1373
Date d'inscription : 06/01/2011
Localisation : strasbourg

Live In Maui (2020) Empty
MessageSujet: Re: Live In Maui (2020)   Live In Maui (2020) Icon_minitimeMar 8 Juin 2021 - 17:11

Smile Smile Smile
Revenir en haut Aller en bas
https://www.youtube.com/user/gilouseb
jmarshallh

jmarshallh

Messages : 665
Date d'inscription : 06/06/2010
Age : 47

Live In Maui (2020) Empty
MessageSujet: Re: Live In Maui (2020)   Live In Maui (2020) Icon_minitimeMar 8 Juin 2021 - 17:18

belle chronique ! merci cheers
Revenir en haut Aller en bas
http://www.montpelliergo34.com
Ayler
Admin
Ayler

Messages : 2882
Date d'inscription : 04/06/2010
Age : 49

Live In Maui (2020) Empty
MessageSujet: Re: Live In Maui (2020)   Live In Maui (2020) Icon_minitimeMar 8 Juin 2021 - 20:41

Il faut encourager les bonnes volontés : te voilà chroniqueur du Forum Jimi Hendrix !
Merci pour ta contribution !
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
sequelenoise

sequelenoise

Messages : 543
Date d'inscription : 30/07/2010
Age : 50
Localisation : Genève

Live In Maui (2020) Empty
MessageSujet: Re: Live In Maui (2020)   Live In Maui (2020) Icon_minitimeMar 8 Juin 2021 - 21:30

Merci ! Tu me donnes envie de réécouter le disque.
Un petit détail que tu voudras peut-être corriger (il y a une option pour éditer ses messages): les deux "concerts" ont eu lieu le même jour, ce sont deux sets d'un même concert.
Revenir en haut Aller en bas
freddy.lombard

freddy.lombard

Messages : 158
Date d'inscription : 13/07/2020
Age : 62

Live In Maui (2020) Empty
MessageSujet: Re: Live In Maui (2020)   Live In Maui (2020) Icon_minitimeMer 9 Juin 2021 - 12:10

Ayler, merci, c'est gentil : j'espère n'avoir pas trop commis d'erreurs historiques ni dit trop de bêtises techniques. Je me suis surtout placé du point de vue de l'auditeur.
Du coup, j'en serai quitte pour compléter avec une chronique du Blu-Ray lorsque je l'aurai vu et revu.

sequelnoise, merci de ton retour, j'ai modifié.
Revenir en haut Aller en bas
FunkyGum



Messages : 99
Date d'inscription : 17/08/2020

Live In Maui (2020) Empty
MessageSujet: Re: Live In Maui (2020)   Live In Maui (2020) Icon_minitimeJeu 10 Juin 2021 - 20:20

Le remaster est bon, on n'a pas meilleur son de ce concert actuellement. Il y a bien des bandes numérisées qui tournent mais la précision et la clarté ne sont pas au rendez vous. Le son est très acceptable par rapport à un concert audience, sans merge les concerts audience sont quasi inécoutables.
Revenir en haut Aller en bas
freddy.lombard

freddy.lombard

Messages : 158
Date d'inscription : 13/07/2020
Age : 62

Live In Maui (2020) Empty
MessageSujet: Re: Live In Maui (2020)   Live In Maui (2020) Icon_minitimeVen 11 Juin 2021 - 11:08

Oui, c'est bien l'apparent paradoxe mais aussi la véritable raison : bon remaster d'une bande de qualité variable. Il est donc peu probable qu'on obtienne jamais mieux que cet album. Globalement, on ne peut que saluer le travail de remastering d'EH depuis une grosse décennie.
Nos critères sont devenus de plus en plus sélectifs et exigeants avec le temps : au milieu des années 70, un vinyle live de ce niveau aurait été salué pour ses qualités sonores !
Revenir en haut Aller en bas
FunkyGum



Messages : 99
Date d'inscription : 17/08/2020

Live In Maui (2020) Empty
MessageSujet: Re: Live In Maui (2020)   Live In Maui (2020) Icon_minitimeVen 11 Juin 2021 - 14:31

La meilleure qualité audio que nous avons il me semble c'est le Filmore East, digne des standards d'aujourd'hui et même mieux car il y a encore ce son analogique

En revanche pour woodstock le remastering date (20 ans) et il est possible de faire mieux maintenant
Revenir en haut Aller en bas
mandrake

mandrake

Messages : 2060
Date d'inscription : 04/06/2010
Age : 60
Localisation : Chateauneuf les Martigues (en face d'Ajaccio)

Live In Maui (2020) Empty
MessageSujet: Re: Live In Maui (2020)   Live In Maui (2020) Icon_minitimeVen 11 Juin 2021 - 17:30

J'ai toujours trouvé que le son du mixage de Woodstock était médiocre !
Revenir en haut Aller en bas
http://gilles.susini.free.fr/
Ayler
Admin
Ayler

Messages : 2882
Date d'inscription : 04/06/2010
Age : 49

Live In Maui (2020) Empty
MessageSujet: Re: Live In Maui (2020)   Live In Maui (2020) Icon_minitimeVen 11 Juin 2021 - 17:32

FunkyGum a écrit:
Le remaster est bon, on n'a pas meilleur son de ce concert actuellement.

C'est la première édition officielle de Maui : le terme de "remaster" n'est donc, techniquement, pas approprié.

Cela dit, au regard de vos échanges, je me demande s'il n'y a pas une confusion de votre part entre mixage et mastering*. Cette dernière opération est certes importante (Cf. les CD brickwalled), mais tout de même nettement moins sensible que la première.

* Seule une (petite) minorité de personnes est capable de faire la distinction entre 2 masterings différents...

Edit : je n'avais pas connaissance du message de Mandrake en tapant ces lignes.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
FunkyGum



Messages : 99
Date d'inscription : 17/08/2020

Live In Maui (2020) Empty
MessageSujet: Re: Live In Maui (2020)   Live In Maui (2020) Icon_minitimeVen 11 Juin 2021 - 21:19

mandrake a écrit:
J'ai toujours trouvé que le son du mixage de Woodstock était médiocre !

J'avoue mais le son d'Hendrix ce jour là est très plaisant. En fait j'ai pu trouver sur internet un soundboard du concert d'une qualité très bonne et plus sympa à écouter que le remaster de 1999 qui se concentre sur le trio guitare/basse/batterie et dont le rendu est assez froid et pas franchement agréable en comparaison. Je persiste à croire qu'en prenant les bandes originales et en faisant un remaster digne de ce nom il y a moyen d'être surpris. En revanche la guitare de Larry Lee est catastrophique...
Revenir en haut Aller en bas
Ayler
Admin
Ayler

Messages : 2882
Date d'inscription : 04/06/2010
Age : 49

Live In Maui (2020) Empty
MessageSujet: Re: Live In Maui (2020)   Live In Maui (2020) Icon_minitimeSam 12 Juin 2021 - 13:04

FunkyGum a écrit:
J'avoue mais le son d'Hendrix ce jour là est très plaisant. En fait j'ai pu trouver sur internet un soundboard du concert d'une qualité très bonne et plus sympa à écouter que le remaster de 1999 qui se concentre sur le trio guitare/basse/batterie et dont le rendu est assez froid et pas franchement agréable en comparaison. Je persiste à croire qu'en prenant les bandes originales et en faisant un remaster digne de ce nom il y a moyen d'être surpris. En revanche la guitare de Larry Lee est catastrophique...

CQFD : c'est d'un mixage dont tu parles, pas de mastering. Un mastering ne permet pas de supprimer du panorama tel ou tel instrument.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
FunkyGum



Messages : 99
Date d'inscription : 17/08/2020

Live In Maui (2020) Empty
MessageSujet: Re: Live In Maui (2020)   Live In Maui (2020) Icon_minitimeSam 12 Juin 2021 - 18:22

Alors ils doivent refaire un mixage et un remastering bref c'est la fête ou quoi albino
Revenir en haut Aller en bas
freddy.lombard

freddy.lombard

Messages : 158
Date d'inscription : 13/07/2020
Age : 62

Live In Maui (2020) Empty
MessageSujet: Re: Live In Maui (2020)   Live In Maui (2020) Icon_minitimeDim 13 Juin 2021 - 12:57

En effet, les tests à l'aveugle démontrent qu'en général on a du mal à différencier une version CD classique (codage sur 16 bits, sur-échantillonnage à 44,1 kHz, soit la fréquence double de celle que perçoit l'oreille humaine) et une version « haute-résolution (en général codage sur 24 bits et sur-échantillonnage à 96 kHz - parfois plus).

Il y a plusieurs raisons à cela :
1/ Si on compare les CD de première génération et les CD remastérisés (globalement à partir de la fin des années 90 mais surtout à partir des années 2000), le CD reste le CD, c'est à dire que le support de reproduction conserve sa limite intrinsèque ; il faudrait donc comparer les bandes (ou les fichiers numériques d'origine sur la console de studio).
2/ Si on compare les différentes versions avec un système de reproduction audio de faible qualité, ce dernier ne fait pas non plus la différence.
3/ A ceci il faudrait ajouter les limites de l'oreille humaine et les différences de perception entre les individus : oreille plus ou moins sensible, plus ou moins bien éduquée et entraînée, âge...

A contrario, il existe de très nombreux contre-exemples où la différence entre le CD des années 80 et le CD des années 2000 est nettement perceptible. La principale raison en est la modification de la dynamique et notamment la compression qui donne une impression de « puissance » et de... modernité ! En effet, nos oreilles se sont habituées depuis une quarantaine d'années (l'explosion de la bande FM) à la diffusion de la musique à travers des limiteurs-compresseurs.

Ensuite, si l'on prend un casque haut de gamme ou une bonne chaîne de reproduction sonore - chaîne dont la qualité  de reproduction est limitée à celle de son maillon le plus faible -, on peut distinctement entendre la différence entre un fâcheux mp3 à 128 kbps et le .flac ou le .wav d'un enregistrement remastérisé récemment !

Pour illustrer mon propos et étayer celui d'Ayler sur la confusion entre mixage et mastering, j'ai toujours en tête l'exemple d'un CD de Deep Purple (il en existe bien d'autres), le classique Machine Head dont au moins trois versions sont disponibles :
1/ Le CD première version a un son étique, il sonne comme les premiers mp3, la fatigue auditive arrive très rapidement (surtout si on écoute au casque !) ; pour l'écouter, des hauts parleurs très moyens suffisent largement.
2/ Le CD remasterisé du coffret anniversaire de 1997 : le son est un peu compressé mais sans excès, les instruments se détachent bien, on retrouve pratiquement la qualité d'écoute du vinyle d'origine avec une « chaine hi-hi d'exception » d'époque.
3/ Le CD remixé (par Roger Glover qui souhaitait que l'on « entende mieux la basse » !) disponible dans ce même coffret anniversaire : il sonne presque « actuel », le fan se réjouit et découvre des parties instrumentales qu'il n'avait que que devinées ou entre-aperçues. Sauf que... ce n'est plus le même album ! Les puristes parlent de trahison, et c'est bien le cas : même si l'écoute est agréable on est en présence d'un autre album, le projet n'est plus le même.

Allez, un dernier petit exemple pour la route : le Raw Power des Stooges, chef-d'œuvre parmi les chefs-d'œuvre. Le vinyle d'époque sonne... abominablement, mais à l'époque on s'en fichait parce que ça « envoyait », ça saturait et c'était du vrai rock and roll. Depuis, on a eu droit à un CD mastérisé a minima, à une version remastérisée qui conserve le mix original de Bowie et à une version remixée par Iggy lui-même (avec un autocollant « Bowie free » sur la pochette !). Chacun dira la version qu'il préfère...  Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
FunkyGum



Messages : 99
Date d'inscription : 17/08/2020

Live In Maui (2020) Empty
MessageSujet: Re: Live In Maui (2020)   Live In Maui (2020) Icon_minitimeDim 13 Juin 2021 - 14:55

Ah oui Raw Power... J'ai du écouter deux ou trois fois... Putain ça c'est du rock
Revenir en haut Aller en bas
Ayler
Admin
Ayler

Messages : 2882
Date d'inscription : 04/06/2010
Age : 49

Live In Maui (2020) Empty
MessageSujet: Re: Live In Maui (2020)   Live In Maui (2020) Icon_minitimeLun 14 Juin 2021 - 19:54

freddy.lombard a écrit:
le fan se réjouit et découvre des parties instrumentales qu'il n'avait que que devinées ou entre-aperçues. Sauf que... ce n'est plus le même album ! Les puristes parlent de trahison, et c'est bien le cas : même si l'écoute est agréable on est en présence d'un autre album, le projet n'est plus le même.

Ce serait une trahison si la version remixée supplantait définitivement la version originale.

Giles Martin a ainsi remixé ces dernières années Sgt. Pepper’s Lonely Hearts Club Band, le double blanc, Abbey Road, ainsi que le Goat's Head Soup des Rolling Stones. A titre personnel, j'écoute ces versions comme des pirates, qui offrent un nouveau regard sur des classiques. Certains mixages sont assez réussis, d'autres complètement à côté de la plaque (la guitare de Clapton est enterrée sur "While My Guitar Gently Weeps" !).

Eddie Kramer s'était essayé à l'exercice avec un certain succès sur West Coast Seattle Boy: The Jimi Hendrix Anthology, avec "Fire" et "May This Be Love".
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Electric Thing

Electric Thing

Messages : 2016
Date d'inscription : 04/06/2010
Age : 50
Localisation : Légèrement à gauche de Saturne !

Live In Maui (2020) Empty
MessageSujet: Re: Live In Maui (2020)   Live In Maui (2020) Icon_minitimeHier à 13:39

Merci Freddy pour ta chronique qui m'a permis pour la première fois d'écouter cet enregistrement en étant assis et concentré 😁
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Live In Maui (2020) Empty
MessageSujet: Re: Live In Maui (2020)   Live In Maui (2020) Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Live In Maui (2020)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Jimi Hendrix :: LA MUSIQUE :: Chroniques Hendrixiennes-
Sauter vers: