Jimi Hendrix


 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Norman (Field House, University Of Oklahoma) : 8 mai 1970 [Second concert]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ayler
Admin


Messages : 2463
Date d'inscription : 04/06/2010
Age : 45

MessageSujet: Norman (Field House, University Of Oklahoma) : 8 mai 1970 [Second concert]    Dim 11 Juil 2010 - 0:03

Norman (Field House, University Of Oklahoma) : 8 mai 1970 [Second concert]


Titres :

1. Fire
2. Spanish Castle Magic
3. Machine Gun
4. Lover Man
5. Foxy Lady
6. Get My Heart Back Together
7. Message To Love
8. Red House
9. Star Spangled Banner
10. Purple Haze
11. Voodoo Child (Slight Return)

Source : Norman, Is That You Norman? (ATM 192)

Il existe un pirate "Audience" d'environ 65 minutes, de qualité moyenne. Il y a quelques cuts, ainsi que des fluctuations de vitesse qui, classiquement, ne vont pas en s'améliorant au fur à mesure que le concert avance.
Les instrument sont néanmoins relativement bien équilibrés (on entend même Mitch Mitchell !). Il y de la distorsion, mais elle reste supportable.





A noter : L’ATM 192 est une amélioration substantielle de l’ATM 052 ("Cherokee Nation"), avec suppression de cuts et autres variations de fréquence.

La première partie était assurée par un groupe de Fort Worth, du nom de Bloodrock.

Il n'existe à ce jour aucune source connue du premier show donné au Field House de l'université de l'Oklahoma ce 8 mai 1970.
Pas de setlist non plus.
Je vous livre toutefois le souvenir de Rick Vittenson, dont vous pouvez retrouver l'interview sur le site officiel : "J'ai assisté au premier concert. La musique semblait plus blues qu'au concert de Dallas [du 20 avril 1969]. C'était une performance vraiment différente. Il s'était éloigné de son coté pop de 1967/1968. C'était vraiment différent mais néanmoins brillant. Les spectateurs ont vraiment apprécié sa performance."

Première venue de Jimi dans cet Etat, c'est une des rares dates du "Cry Of Love Tour" où le groupe aligne deux concerts de suite, comme à l'époque du Jimi Hendrix Experience original. Ce sera aussi le cas à Berkeley trois semaines plus tard.
A ce stade de la tournée, le groupe présente d'ailleurs sa setlist la plus abordable : "Ezy Ryder", "Freedom" et "Room Full Of Mirrors", tous inédits alors, étant absents (mais sans doute joués lors du premier show), seuls "Lover Man" et "Get My Heart Back Together" étaient inconnus de l'amateur éclairé.

Sans surprise, le groupe débute avec "Fire". La version part sur de mauvaises bases : Hendrix n'est pas calé sur Mitchell lors de l'introduction, il ne chante pas le deuxième refrain... et se plante dans le solo, continuant à un endroit sa progression sur la même gamme malgré le changement d'accords.
Mais après la classique citation du "Outside Woman Blues" de Cream, Jimi ne reprend pas le chant, et laisse Mitch Mitchell prendre un solo de batterie de... 3 minutes 30 ! Vous l'aurez compris, Jimi a dû gérer un problème technique quelconque...
La reprise est d'ailleurs d'un autre niveau, mais la conclusion rapide du titre renforce le sentiment de décousu.

Les flottements du début ne sont plus qu'un souvenir sur "Spanish Castle Magic", dont la partie chantée est irréprochable.
Cette version est d'ailleurs aussi courte que celle de "Fire" pouvait être longue : seulement 4:20 !
Le solo central n'est pas construit comme d'habitude : Jimi commence cette fois-ci par de longues notes tenues en feed back, et c'est seulement ensuite qu'il place ses phrases rock rapides et agressives généralement placées en début de solo. Solo assez bref en l'espèce : environ 1 minute 30.
Le solo final est cette fois-ci très court.

Jimi propose à l'audience de "construire ensemble notre propre petit monde, d'oublier hier et demain, qu'on puisse être ensemble au moins pour quelques secondes (...), d'oublier les foutaises et la connerie"... puis dédie "Machine Gun" aux "soldats qui se battent à Chicago, Berkeley (il fait une pause, les acclamations montent du public à ce moment)... dans le Kent, l'Oklahoma."
Hendrix ne cite pas le Vietnam... mais il cite "Kent State" où 4 étudiants américains ont été tués en début de semaine (le 4 mai 1970) à Ohio (à l'Université du Kent).
Les évènements inspireront le célèbre "Ohio" de Crosby Still Nash & Young :
"Tin soldiers and Nixon coming,
We're finally on our own.
This summer I hear the drumming,
Four dead in Ohio."
Il va sans dire que les universités américaines, noyaux de la protestation anti-guerre, étaient alors en pleine ébullition.
Hendrix est à ce moment en symbiose complète avec son public. Cette version de "Machine Gun" est tenue par certains comme la meilleure jamais jouée par Jimi : à titre personnel, je trouve la qualité audio insuffisante pour trancher de la sorte.
Hendrix propose une sorte de prologue à l'introduction habituelle de "Machine Gun", très original, suite d'accords presque abstraits pas moments.
Les paroles de "Machine Gun" ont la simplicité des grands blues... mais aussi leur force émotionnelle.
Le solo central dure deux minutes... infinies.
Les premières notes, fulgurantes, déchirent littéralement l'espace sonore. Jimi joue de malaise ensuite avec une mélodie construite à partir de tirés étonnants. Comme au Fillmore quelques semaines auparavant, on est en plein Guernica musical : au-delà du bon goût, au-delà de la justesse. Le son se fait émotion, et Hendrix nous donne tout ce qu'il a en lui.
Une fois le riff "No Quarter" installé, Hendrix reprend les derniers couplets.
Le dernier solo démarre sur un énorme feed back, mais n'est pas dans un registre free : aux phrases néo-bluesy succèdent des variations autour de "Taps", puis du riff de basse. Un feed back se fait jour... mitraillé à coups de médiator.
Le public commence à applaudir... mais Hendrix joue alors le passage aquatique (où il mêle hammering et coups de vibrato), avec une mélodie fort différente de celle du Fillmore ce coup-ci. Et termine sans ultime largage de bombe une version EPOUSTOUFLANTE.

Sans doute pour détendre l'atmosphère, Jimi parle des "drôles de cigares" qui circulent... avant d'annoncer "Lover Man" en ironisant sur ce "type de 300 livres" dont la femme semble apprécier particulièrement la compagnie masculine. Sans surprise, c'est une nouvelle version solide qui nous est proposée.

C'est avec enthousiasme que l'audience accueille "Foxy Lady", accompagnant Mitch Mitchell en claquant des mains... mais la qualité audio se dégrade considérablement : la bande connaît d'importantes variations de vitesse (et par conséquent de justesse...) avant d'être tout simplement interrompue avant le solo central.

La vitesse de la bande ne se stabilise malheureusement pas tout de suite sur "Get My Heart Back Together". Les couplets en souffrent... mais les choses s'améliorent avec le solo central, qui dure environ deux minutes.
Il y reprend son fameux plan en trilles déclinées au vibrato (immortalisé lors de la version de "Machine Gun" du Fillmore) : il est vrai qu'il ne l'avait pas joué plus tôt ce jour. Par contre, il ne tourne quasiment pas autour du feed back (la tonalité de "Get My Heart Back Together" s'y prête pourtant bien).
Le chant du couplet s'écarte souvent des versions jouées lors des concerts précédents.
L'ultime solo est relativement court (environ une minute). Bonne version donc, mais sans développements sortant de l'ordinaire Hendrixien.

La version de "Message To Love" qui suit est jouée énergiquement, mais n'est pas chantée au mieux, et connaît quelques flottements...

Vient ensuite "Red House". A priori sur Gibson : on ne reconnaît pas le son cristallin de la Fender en son clair. Il y a de belles phrases blues lors de l'introduction (deux cycles de 12 mesures), mais celle-ci est malheureusement lestée par des problèmes de justesse.
Les deux couplets qui suivent, joués sur un tempo lent, montrent encore une fois que si c'est Hendrix le guitariste qui a marqué les esprits, il n'en demeurait pas moins un bon chanteur de blues.
Le solo, long de 36 mesures, dure plus de deux minutes tente.
Le premier cycle reste très blues, la rythmique carrée, même si Hendrix se lance dans des phrases rapides moins orthodoxes.
La rythmique se durcit lors du deuxième cycle où le jeu se fait plus intense. Mais on est loin de la furie des deuxièmes cycles proposés par l'Experience en 1969. Mitch garde ici le tempo, et Jimi ne se lâche pas non plus complètement.
Le troisième et dernier cycle est marqué par le retour au calme, avec un passage mêlant des slides et jeu en quartes.
Le couplet final est emprunt de nostalgie.
La version est ainsi plus orthodoxe (sans être puriste) et resserrée que par le passé. Intéressante, mais pas forcément inoubliable.

Hendrix dédie ensuite "Star Spangled Banner", que "nous avions l'habitude de devoir chanter sagement, (...) à ceux qui sont morts pour différentes causes, ceux qui mourront, et ceux qui combattent dans les rues", et précise qu'il va le jouer "tel qu'il est vraiment".
Un gigantesque feed back précède l'exposé du thème, défiguré à souhait. Encore une magnifique interprétation.
"Dans l'esprit de ce jour, pigez ça !" annonce-t-il.

Le public accompagne dès les premières notes "Purple Haze" de ses battements de main avec une ferveur étonnante.
Les problèmes de fluctuation de vitesse se rappellent malheureusement à notre souvenir.
Il transforme le texte du second couplet en remplaçant la fille par les poulets...
Le solo s'écarte assez largement de la version studio... mais il y a cafouillage avant la reprise du dernier couplet : Hendrix s'y reprend à deux fois pour jouer le thème.

Hendrix présente ensuite les membres du groupe pendant que les "More !" de la foule se font de plus en plus forts, et attaque l'introduction de "Voodoo Child (Slight Return)", coupé vers 3:30.
Outre la coupe, les variations de vitesse rendent l'écoute très difficile.

Au final ? Un concert réputé du "Cry Of Love Tour", dont il est aisé de constater la qualité de la performance. Peu de temps morts, et une magie qui n’appartient qu’à lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.facebook.com/SugarSweet44
Titi



Messages : 3762
Date d'inscription : 05/06/2010

MessageSujet: Re: Norman (Field House, University Of Oklahoma) : 8 mai 1970 [Second concert]    Mer 14 Juil 2010 - 14:21

Excellente chronique d'époque d'un grand concert du trio Hendrix/Cox/Mitchell :

Jimi Hendrix and his experience floated into Oklahoma last Friday for two concerts in the old Hugh Fieldhouse. It was the first time they've come to Oklahoma, and they quickly made their presence known… Jimi was very relaxed during his first show not straining himself in any way but still giving the audience the seductive moves at which Jimi is the best between shows Jimi in the experience relaxed at a local apartment. He prepared himself for his second appearance, a show which proved to be the best in this part of the country in many a month. Here arrived back at the Fieldhouse to be greeted by a crowd of well over its 5500 capacity. He walked on stage with the air of a little boy ready to do something naughty, which he proceeded to do, singing his first song "Fire", which sparked the audience right off the bat. Jimi in the experience sounded much tighter than they had during the first show. What was impressive about the second show where their jams. Jimi and the experience are one of a very few groups that have mastered this art. It is really a joy to hear Jimi take a single note on his guitar and glide all around it and then move to a different note, and then relate the entire sound… the sound they laid down is one of the best in rock music. Jimi certainly deserves to be included in the triad of rock guitarists Clapton back and Jimi, who are considered to be the best in the business. But he has his own unique style that makes him stand out. The show was highlighted by Jimi's rendition of the "Star Spangled Banner", which he does in the Woodstock film. He claims his interpretation shows where America is today, the audience seemed to agree in view of the recent trouble on campus I feel it is notable that there was not one disturbance of any kind are in the cure shows. It was completely policed by the student peace marshals and not one uniform policeman was in sight. Jimi's last song was supposed have been "Purple Haze", but to the surprise of his manager. He did an encore, according to his manager Jerry Stickles. Jimi never does on course, so this was a rare exception. Jimi gave everything he had to the audience and he seemed very glad to do it. He left totally exhausted, but pleased with the way the night had gone. One thing for sure, O.U. got more than it bargained for Friday night.
The Oklahoma Daily (May 12, 1970)

Source : http://www.rockprophecy.com/hendrix70b.html



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Titi



Messages : 3762
Date d'inscription : 05/06/2010

MessageSujet: Re: Norman (Field House, University Of Oklahoma) : 8 mai 1970 [Second concert]    Mer 14 Juil 2010 - 14:21

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Purple Jim



Messages : 2259
Date d'inscription : 09/07/2010

MessageSujet: Re: Norman (Field House, University Of Oklahoma) : 8 mai 1970 [Second concert]    Dim 23 Jan 2011 - 18:49

THE OKLAHOMA DAILY - ‘Hendrix Gives OU Rare Performance’ :

“Jimi Hendrix and his Experience floated into Oklahoma last Friday for two concerts in the OU fieldhouse. It was the first time they had come to Oklahoma and they quickly made their presence known.
Hendrix had reformed the Experience after his short stint with the Band of Gypsies at the end of last year. The only difference was that Jimi’s close friend Billy Cox was on bass instead of Noel Redding. Noel is resting himself in a home in England. The experience drummer Mitch Mitchell was still back on the drums.
Jimi arrived in all his glory thirty minutes late for the first show. He dressed, tuned, and then walked on stage to be greeted by a crowd of around 3,500. Being the first night of the tour [sic] Jimi and the Experience was just a little stiff. This is understandable but they handled the show very well. It was an enjoyable set with Jimi throwing in his best known numbers, ‘Foxy Lady’ and ‘Purple Haze,’ to please most of the audience. Jimi was very relaxed during his first show, not straining himself in any way but still giving the audience the seductive moves at which Jimi is the best.
Between shows Jimi and the Experience relaxed at a local apartment. He prepared himself for his second
appearance - a show which proved to be the best in this part of the country in many a month. He arrived back at the field house to be greeted by a crowd of well over its 5,500 capacity. He walked on stage with the air of a little boy ready to do something naughty - which he preceded to do. Singing his first song ‘Fire,’ which sparked the audience right off the bat, Jimi and the Experience sounded much tighter than they had during the first show.
What was impressive about the second show were their jams. Jimi and the Experience are one of a very few groups that have mastered this art. It is really a joy to hear Jimi take a single note on his guitar and glide all around it and then move to a different note and then relate the entire sound. With Mitch and Billy giving a solid foundation and occasionally taking a little initiative themselves the sound they lay down is one of the best in rock music. Jimi certainly deserves to be included in the triad of rock guitarists (Eric Clapton, Jeff Beck, and Jimi) who are considered to be the best in the business. But he has his own unique style that makes him stand out. The show was highlighted by Jimi’s rendition of ‘The Star Spangled Banner’ which he does in the Woodstock film. He claims his interpretation ‘shows where America is today.’ The audience seemed to agree. In view of the recent trouble on campus I feel it is notable that there was not one disturbance of any kind during the two shows. It was completely policed by the student peace marshalls and not one uniformed policeman was in sight. Jimi’s last song was supposed to have been ‘Purple Haze,’ but to the surprise of his manager he did an encore. According to his manager Gerry Stickles Jimi never does encores so this was a rare exception. Jimi gave everything he had to the audience and he seemed very glad to do it. He left totally exhausted but pleased with the way the night had gone. One thing for sure, OU got more than it bargained for Friday night.”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pagesperso-orange.fr/hendrix.guide/hendrix.htm
Mitch007



Messages : 489
Date d'inscription : 05/09/2010
Age : 25
Localisation : RUSSIA

MessageSujet: Re: Norman (Field House, University Of Oklahoma) : 8 mai 1970 [Second concert]    Lun 2 Jan 2012 - 18:14

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Titi



Messages : 3762
Date d'inscription : 05/06/2010

MessageSujet: Re: Norman (Field House, University Of Oklahoma) : 8 mai 1970 [Second concert]    Jeu 5 Avr 2012 - 21:54

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Titi



Messages : 3762
Date d'inscription : 05/06/2010

MessageSujet: Re: Norman (Field House, University Of Oklahoma) : 8 mai 1970 [Second concert]    Dim 10 Mai 2015 - 12:49



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
brume_pourpre



Messages : 853
Date d'inscription : 11/07/2010

MessageSujet: Re: Norman (Field House, University Of Oklahoma) : 8 mai 1970 [Second concert]    Ven 15 Mai 2015 - 6:57

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://brumepourpre.hendrix.free.fr/index2.htm
brume_pourpre



Messages : 853
Date d'inscription : 11/07/2010

MessageSujet: Re: Norman (Field House, University Of Oklahoma) : 8 mai 1970 [Second concert]    Ven 15 Mai 2015 - 6:59

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://brumepourpre.hendrix.free.fr/index2.htm
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Norman (Field House, University Of Oklahoma) : 8 mai 1970 [Second concert]    Aujourd'hui à 20:18

Revenir en haut Aller en bas
 
Norman (Field House, University Of Oklahoma) : 8 mai 1970 [Second concert]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Royal Opera-House 2010-2011
» Field - Nocturnes (et autres oeuvres pour piano seul)
» Recueil tablatures Son House
» Jessye Norman
» My father's house

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Jimi Hendrix :: LA MUSIQUE :: Hendrix Live-
Sauter vers: