Jimi Hendrix


 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 New York (Fillmore East) : 1er janvier 1970 [Premier concert]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ayler
Admin


Messages : 2461
Date d'inscription : 04/06/2010
Age : 45

MessageSujet: New York (Fillmore East) : 1er janvier 1970 [Premier concert]    Sam 10 Juil 2010 - 23:41

New York (Fillmore East) : 1er janvier 1970 [Premier concert]


Titres :

1. Who Knows
2. Machine Gun
3. Them Changes
4. Power Of Soul (Crash Landing/Paper Airplanes)
5. Stepping Stone (Trying To Be)
6. Foxy Lady
7. Stop
8. Earth Blues
9. Burning Desire

Source : Box Of Gypsys (CD4).
1-9 : Soundboard.





Selon le site officiel, "Stop" serait suivi de "Hear My Train A Comin'", mais aucun enregistrement soundboard n'a fait surface à ce jour. Aucune source audience n'étant connue, il reste des incertitudes quant à la setlist exacte du concert.

Seuls deux titres du troisième concert du Band Of Gypsys n'ont jamais été publiés officiellement : "Them Changes" (mais il en existe déjà deux versions...) et "Earth Blues" (dont la partie chantée est manquante sur le "Box Of Gypsys").
Les deux premiers titres constituent la face 1 du l'album "Band Of Gypsys" publié du vivant de Jimi Hendrix.
"Foxy Lady" fut disponible sur le "Band Of Gypsys 2" publié en 1986 puis en tant que bonus track sur la réédition de 1991 du "Band Of Gypsys", mais pas sur le "Live At The Fillmore East" sorti en 1999, qui reprend le reste du concert.


Les doutes suscités par la seconde performance du BOG se dissipent dès les premières mesures de "Who Knows".
Hendrix introduit les quelques notes qui servent de colonne vertébrale au morceau, rapidement doublées par la ligne de basse ternaire de Billy Cox, blues et funky à la fois.
Le riff est servi par un Buddy Miles magistral, qui joue "au fond du temps"... ou comment un très subtil décalage (ce n'est pas une syncope) peut créer un GROOVE imparable. Beaucoup de groupes ont repris la rythmique de "Who Knows", qui semble si facile... mais bien rares sont les batteurs capables de dégager une telle force tout en jouant décontracté.
Une leçon de rythme.
Le premier couplet met en scène Jimi et Buddy qui se répondent : le Band Of Gypsys est ici à des années lumière du Jimi Hendrix Experience. Cette musique a la peau noire, et baigne sous un ciel sans nuage.
Le premier solo de Jimi est concis, mais parfaitement ciselé : l'improvisation ne souffre d'aucune hésitation. Hendrix alterne des traits blues et funky, avec un son quasiment clair rendant le phrasé de Jimi presque palpable.
Jimi chante seul le second couplet, sa guitare rythmique finissant par faire corps avec ses lignes vocales.
Hendrix attaque un deuxième solo dans un style très différent du premier : wah wah, feed back, son jeu est plus agressif, arraché. Dans ce registre, il n'a tout simplement aucune concurrence.
Les aléas du Live font parfois sa magie : une corde cassée devient l'occasion d'un troisième couplet chanté par Buddy Miles qui donne le meilleur de lui-même. Dans son élément, il enchaîne avec un scat très guitaristique particulièrement enlevé.
Hendrix rejoint ses deux compères alors que la rythmique est presque susurrée. Son troisième solo est de loin le plus radical : la combinaison Octavio plus wah wah a un rendu proche d'une voix cassée improbable. Mais la part d'aléatoire d'un matériel qui est désormais archaïque est consubstantielle à la musique de Jimi, qui se nourrit de risque et de fantaisie.

"Bonne année tout d’abord. J’espère que vous en aurez un ou deux millions de plus… si nous arrivons à dépasser cet été. Nyeh heh heh.
Nous aimerions dédier celle-ci à, uh, c’est un genre de scène vraiment ennuyeuse qui se prolonge, tous ces soldats qui se battent à Chicago, Milwaukee et New York… Ah oui, et tous ces soldats qui se battent au Vietnam.
J’aimerais faire un truc qui s’appelle Machine Gun."

C'est ainsi que Jimi Hendrix présente "Machine Gun", dont c'est la version soundboard la plus impressionnante jamais publiée à ce jour.
L'introduction est suivie d'un solo inquiétant, qui nous plonge dans l'humidité rampante du Vietnam. Plus suggérées que jouées franchement, les notes font leur chemin comme les GI's en territoire hostile.
Sur "Voodoo Chile", Hendrix poussait le blues dans ses derniers retranchements mais en respectant une architecture musicale relativement traditionnelle (les 12 mesures du blues, son rythme).
Avec "Machine Gun", Hendrix aborde le stade ultime de son évolution. Mais si l'on peut attribuer la paternité de l'absence d'accord et du type de phrases chantées à un John Lee Hooker, la fusion chant/guitare opérée ici par Jimi dépasse de très loin tout ce qui précède en terme de liberté.
Billy Cox et Buddy Miles proposent alternativement (mais pas forcément aux mêmes moments) deux types de rythmiques chacun, contribuant ainsi au climat oppressant du titre. Si les versions du Band Of Gypsys sont à ce point différentes de celles du Cry Of Love Band, c'est parce que Buddy Miles et Mitch Mitchell ont une philosophie du jeu diamétralement opposée : Buddy Miles rebondit sur la ligne de basse là où Mitch Mitchell colle au soliste. Ce premier janvier 1970, force est de reconnaître que Buddy Miles sert au mieux la musique de Jimi, alternant groove et rythme martial évoquant la mitrailleuse éponyme.

Le solo débute par deux tirés INFINIS où Hendrix exprime plus avec une seule note que tout ce qui a pu être écrit ou filmé sur le Vietnam. Douleur et compassion se fondent dans un cri déchirant. De longues phrases gorgées de blues précèdent des trilles modulés au vibrato qui se meurent dans le feed back.
La batterie se fait mitraillette... les amplis de Jimi hurle l'horreur de la guerre dans un déluge de cris, de bombes…
Hendrix réalise plus qu'un synthèse du blues et du free jazz : il les dépasse, transcende ces styles.

Jimi réaccorde son Mi grave alors que Billy Cox lance le riff "No Quarter". Il chante un dernier couplet où le malaise est décuplé par les choeurs (justes cette fois-ci) qui descendent chromatiquement.
Sur le même accompagnement, Jimi se lance dans le solo le plus radical de toute sa carrière. Plus de note frettée, plus de mélodie ici : Vibrato, feed back et percussions servent un discours qui se moque des conventions. Là encore, la fulgurance de la maîtrise instrumentale au service de l'émotion culmine au génie : Hendrix est un virtuose au sens noble du terme, qui sert la musique, et non son ego.
Buddy Miles chante l'ultime couplet de "Machine Gun" avec ses tripes, sans tomber dans le pathos.
Le solo final nous plonge en climat aquatique (Hendrix joue de la seule main droite, se servant de la gauche pour le vibrato), bruitiste et finalement apocalyptique...

Changement radical d'ambiance avec le "Them Changes" de Buddy Miles, moins lourd émotionnellement bien sûr.
Les deux couplets sont excellents, si ce n'est le "Ah-Ouuhh" chanté par Buddy lors de la transition où il est complètement faux !
Jimi se contente d'un solo très court avant de laisse le devant de la scène à Buddy, égal à lui-même dans son rôle du Soul Brother.

Hendrix reprend les commandes avec un "Power Of Soul" dont la structure complexe est pourtant maîtrisée de bout en bout.
L'intro instrumentale, qui dure plus de trois minutes, est le théâtre de l'intensité du jeu de Jimi, décidément en forme pour ce premier concert. Ses tirés sont fiévreux, superbement servis par la puissance de feu de la section rythmique.
Le chant de Jimi sur les couplets est bien senti, sa voix traînante à souhait.
Le premier refrain est chanté par le seul Buddy Miles, rejoint par Jimi sur le second.
A noter quelques problèmes audio sur la source, tant au niveau du chant que du très court solo central.

Vient alors "Stepping Stone", dont c'est la dernière version Live.
De même que la veille, le chant de Jimi laisse à désirer, surtout comparé à la version studio. Ses variations de timbre sont un peu perturbantes. La section rythmique assure pourtant sa mission lors des couplets.
La partie instrumentale alterne passages où guitare et basse jouent à l'unisson avec des passages où Hendrix est en solo.
Malheureusement, les changements de tempo de Buddy Miles ne collent pas toujours avec les changements de structure... Le tout manque manifestement de cohérence. Hendrix explique d'ailleurs au public que ces titres sont nouveaux, qu'ils les font à leur sauce aujourd'hui, et qu'ils seront différents demain. Aveu d'échec ?

C'est donc logiquement que le groupe continue avec "Foxy Lady" (qui sera d’ailleurs le seul classique de l'Experience de la soirée). Je trouve que le jeu de Billy Cox se marie sur ce titre mieux avec celui de Buddy qu'avec celui de Mitch.
Sur le passage chanté, la guitare souffre de quelques problèmes de justesse qui restent toutefois supportables.
Jimi se lance ensuite dans un long solo, sauvage à souhait. Après un bref retour en rythmique (et une guitare très désaccordée), Hendrix repart en solo.
Il retente un plan en tirés à l'unisson dans une veine proche de celui joué la veille sur "Stone Free", malheureusement guère moins confus. En revanche, le trait mêlant feed back et vibrato joué à 4:29 est splendide.
Hendrix nous gratifie enfin d'un final digne des plus belles heures de l'Experience.

Jimi tente de se réaccorder au plus vite avant d'annoncer à l’audience que Buddy Miles va jouer un truc appelé "Stop".
Jimi n'est pas parfaitement juste, mais le métier est là : il sauve les meubles avec professionnalisme.
Le premier solo, assez blues par ses tirés, est joué avec un son clair, mettant l'accent sur la mélodie...
...qui contraste avec le second solo, autrement plus agressif tant par le phrasé que par le son (Cf. l'usage de l'Octavio, dans une veine proche de "Who Knows").
On notera sinon que les choeurs du trio sont bien au point.

L'enregistrement du concert n'étant pas complet, on plonge ensuite directement en plein milieu du 1er solo d'"Earth Blues" : très saturé, intense, mais imparfait. Malgré un mixage de qualité moyenne, on entend Billy Cox nous gratifier de quelques variations intéressantes.
Le second solo de Jimi est totalement bruitiste, digne d'un Sonny Sharrock, avant un passage en octaves commençant sur les bases de la version studio. Difficile de se faire un avis lorsque l'on prend ainsi le titre en court.

Hendrix salue la foule

En rappel de ce troisième concert, le Band Of Gypsys propose la dernière version Live jamais jouée de "Burning Desire".
Après une intro à la wah wah, le groupe attaque bille en tête. Contrairement à "Stepping Stone", la mise en place est très réussie malgré les arrangements hyper complexes (c'est sans doute le titre avec le plus de ruptures de tout le répertoire Hendrixien !).
Jimi attaque son solo par un passage en octaves avec un son presque clair. Les interventions en tant que soliste sont entrecoupées par une figure comportant de rapides changements d'accords.
On a le droit à un excellent solo très rythmique (et un Hendrix manifestement concentré).
Vient ensuite le passage laid back, où Hendrix joue des traits bluesy du plus bel effet (en son clair).
La reprise up tempo est maîtrisée de bout en bout (que de breaks successifs !), avant un ultime solo là encore très rythmique.

Conclusion : A ce stade, c'est le meilleur concert du Band Of Gypsys. Si la performance souffre de quelques faiblesses absentes du premier concert, les moments forts sont tellement puissants qu'on se doit d'en faire abstraction.

"Machine Gun" pourrait être le point d'orgue de son oeuvre.

Le génie Hendrixien se caractérise notamment par la prise de risque, voire la mise en danger ; et si les concerts du guitariste suscitent aujourd’hui encore un tel intérêt, c’est justement en raison de la spontanéité de ses performances.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.facebook.com/SugarSweet44
Mousme



Messages : 2257
Date d'inscription : 05/06/2010

MessageSujet: Re: New York (Fillmore East) : 1er janvier 1970 [Premier concert]    Mar 13 Juil 2010 - 23:13



Dernière édition par Mousme le Lun 4 Mai 2015 - 10:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mousme



Messages : 2257
Date d'inscription : 05/06/2010

MessageSujet: Re: New York (Fillmore East) : 1er janvier 1970 [Premier concert]    Mar 13 Juil 2010 - 23:14



Dernière édition par Mousme le Lun 4 Mai 2015 - 10:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mousme



Messages : 2257
Date d'inscription : 05/06/2010

MessageSujet: Re: New York (Fillmore East) : 1er janvier 1970 [Premier concert]    Mar 13 Juil 2010 - 23:15



Dernière édition par Mousme le Lun 4 Mai 2015 - 10:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Electric Thing



Messages : 2506
Date d'inscription : 04/06/2010
Age : 45
Localisation : Légèrement à gauche de Saturne !

MessageSujet: Re: New York (Fillmore East) : 1er janvier 1970 [Premier concert]    Mer 14 Juil 2010 - 20:54


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Electric Thing



Messages : 2506
Date d'inscription : 04/06/2010
Age : 45
Localisation : Légèrement à gauche de Saturne !

MessageSujet: Re: New York (Fillmore East) : 1er janvier 1970 [Premier concert]    Mer 14 Juil 2010 - 20:55

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mousme



Messages : 2257
Date d'inscription : 05/06/2010

MessageSujet: Re: New York (Fillmore East) : 1er janvier 1970 [Premier concert]    Mer 8 Déc 2010 - 17:40



Dernière édition par Mousme le Lun 4 Mai 2015 - 10:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Purple Jim



Messages : 2259
Date d'inscription : 09/07/2010

MessageSujet: Re: New York (Fillmore East) : 1er janvier 1970 [Premier concert]    Dim 23 Jan 2011 - 18:31

ROLLING STONE - ‘Hendrix's All New Band of Gypsys’ by Lorraine Alterman:

“The Fillmore East blasted the new year in with the debut of Jimi Hendrix’s new group, A Band of Gypsys. But, the Hendrix of the first day of 1970 was subdued compared to the Experience of the sixties. With Buddy Miles on drums and Billy Cox on bass, Hendrix ‘s one concession to the past was a rendition of Foxy Lady during which he bent his knees, leaned back and played the guitar from his crotch. On New Year’s Eve it was reported he did his teeth pickin’ routine, but otherwise the tricks are gone. Instead Hendrix stands still and concentrates on playing his guitar better than ever. Unfortunately, A Band Of Gypsys doesn’t quite measure up to Hendrix ‘s art. Cox an old friend of Hendrix, provides solid support on bass, but Miles insists on grabbing his share of the spotlight as a singer. The drummer seems to suffer from the delusion that he is another Otis Redding when neither his styling nor his voice have anything to distinguish him from the run-of-the-mill R & B singer. Most of the songs are new and Hendrix admitted to the audience that they weren’t yet completed but the band was having fun jamming anyway. Only one number Machine Gun stands out as truly exciting. Hendrix dedicated it to all the soldiers in Detroit, New York, Chicago and, oh yes, Vietnam. Punctuated by the rat-tat-tat of the drums, sounding like machine gun fire, the number captures the tension and violence of the revolutionary struggle. Hendrix’s guitar wails with the cry of the streets and the sound of sirens. Although the lyrics were impossible to hear over the thunder of the band, the music is message enough. The rest of the songs-including one called Trying To Be and another Earth Blues Today, which Hendrix said is about ‘a whole lot of people trying to get their thing together and a whole lot of other people fucking them up ‘- tend to sound very much alike. Stylistically they aren’t far from Purple Haze days. […] At the first show on New Years Day, the audience really let loose with cheers only on the old ‘Foxy Lady’. In all fairness, however, his second show reportedly went over much better especially when he and Miles sang a plea for unity about how we’ve all got to live together, a song they did together in a jam at the Newport ’69 festival in Los Angeles. If the fans can forget the visual show and if Hendrix can come up with a new approach to material for A Band Of Gypsys, he’ll remain heavy on the scene.”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pagesperso-orange.fr/hendrix.guide/hendrix.htm
Sgt. Pepper



Messages : 185
Date d'inscription : 19/05/2011
Age : 27

MessageSujet: Re: New York (Fillmore East) : 1er janvier 1970 [Premier concert]    Lun 2 Jan 2012 - 12:15

La version de "Machine Gun" joué lors de ce concerts est hallucinante, la meilleur que j'ai jamais écouté !!! Buddy Miles et Billy Cox font un travaillent formidable.
Ce morceau est un monument du rock, vraiment incroyable.


Dernière édition par Sgt. Pepper le Lun 2 Jan 2012 - 12:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tiger



Messages : 471
Date d'inscription : 15/05/2011
Age : 20
Localisation : Third Stone From the Sun

MessageSujet: Re: New York (Fillmore East) : 1er janvier 1970 [Premier concert]    Lun 2 Jan 2012 - 19:07

Ah, c'est sur que c'est une très bonne version, mais dans les très bonnes y a celles du 1er concert à Berkeley, celle de Berlin & celle de Norman, même si le son est pourrit (j'adore l'intro de la dernière)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mitch007



Messages : 489
Date d'inscription : 05/09/2010
Age : 25
Localisation : RUSSIA

MessageSujet: Re: New York (Fillmore East) : 1er janvier 1970 [Premier concert]    Lun 5 Mar 2012 - 11:29






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mitch007



Messages : 489
Date d'inscription : 05/09/2010
Age : 25
Localisation : RUSSIA

MessageSujet: Re: New York (Fillmore East) : 1er janvier 1970 [Premier concert]    Dim 14 Oct 2012 - 7:19


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mitch007



Messages : 489
Date d'inscription : 05/09/2010
Age : 25
Localisation : RUSSIA

MessageSujet: Re: New York (Fillmore East) : 1er janvier 1970 [Premier concert]    Jeu 22 Nov 2012 - 11:47



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mousme



Messages : 2257
Date d'inscription : 05/06/2010

MessageSujet: Re: New York (Fillmore East) : 1er janvier 1970 [Premier concert]    Lun 4 Mai 2015 - 10:06



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mousme



Messages : 2257
Date d'inscription : 05/06/2010

MessageSujet: Re: New York (Fillmore East) : 1er janvier 1970 [Premier concert]    Lun 4 Mai 2015 - 10:08



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mousme



Messages : 2257
Date d'inscription : 05/06/2010

MessageSujet: Re: New York (Fillmore East) : 1er janvier 1970 [Premier concert]    Lun 4 Mai 2015 - 10:08



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: New York (Fillmore East) : 1er janvier 1970 [Premier concert]    Aujourd'hui à 14:15

Revenir en haut Aller en bas
 
New York (Fillmore East) : 1er janvier 1970 [Premier concert]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Live At The Fillmore East (1999)
» At Fillmore East (1971)
» Miles At The Fillmore - Miles Davis 1970: The Bootleg Series Vol. 3 (4CD)
» Aéroport de Londres Heathrow : 30 Janvier 1968

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Jimi Hendrix :: LA MUSIQUE :: Hendrix Live-
Sauter vers: