Jimi Hendrix

Le forum francophone
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Jimi Hendrix :Blues (1994)

Aller en bas 
AuteurMessage
Ayler
Admin
avatar

Messages : 2577
Date d'inscription : 04/06/2010
Age : 46

MessageSujet: Jimi Hendrix :Blues (1994)   Sam 10 Juil 2010 - 18:47

Jimi Hendrix : Blues (1994)



1. Hear My Train A Comin' (acoustic)
2. Born Under A Bad Sign
3. Red House
4. Catfish Blues
5. Voodoo Chile Blues
6. Mannish Boy
7. Once I Had A Woman
8. Bleeding Heart
9. Jelly 292
10. Electric Church Red House
11. Hear My Train A Comin' (electric)


Si depuis le début des années 1980, la publication d'albums Live de Jimi Hendrix s'était poursuivie à un rythme régulier, il semblait que la messe était définitivement dite avec la parution de "Nine To The Universe" en 1980 pour ce qui concernait les enregistrements studio du guitariste. D'autant que ce recueil de jams instrumentales succédait aux deux albums les plus controversés de toute la discographie Hendrixienne, à savoir "Crash Landing" et "Midnight Lightning" : sauf à ressusciter Jimi, un nouvel album studio n'était pas d'actualité.
C'est donc à la surprise générale qu'Alan Douglas publia "Jimi Hendrix :Blues" le 26 avril 1994. D'autant que l'album fut particulièrement bien accueilli, tant par la critique que par les fans.

Rétrospectivement, Alan Douglas et Bruce Gary (les producteurs du CD) profitèrent en fait de la conjonction de deux avancées technologiques :
- d'une part les techniques de mixage modernes avaient suffisamment progressé pour pouvoir combiner différentes prises d'un même titre sans avoir besoin d'apport de musiciens extérieurs (la magie du numérique...) ;
- d'autre part la disparition du vinyle au profit du CD permettait une remise à plat du catalogue en introduisant la notion de semi-inédit.

Enfin, il faut reconnaître à Alan Douglas l'intelligence d'avoir proposé un recueil dont le fil rouge, le blues, permet une réelle continuité musicale alors que les enregistrements proposés s'étalent de 1966 à 1970 d'une part et que le personnel varie d'un titre à l'autre d'autre part.


L'album s'ouvre en terrain connu pour les amateurs avertis du Voodoo Chile : "Hear My Train A Comin' (acoustic)" était déjà présent sur la bande originale du film "Jimi Hendrix" publiée en 1973. On y voit Jimi interpréter "Get My Heart Back Together" (ou "Hear My Train") en solo le 19 décembre 1967 sur une guitare acoustique 12 cordes accordée en Do.



D'un point de vue discographique, intégrer ce titre sur un recueil de blues est parfaitement cohérent. D'autant que la version acoustique de cet incontournable des performances Live de Jimi est une véritable pépite. Musicalement, elle permet de mesurer la distance qui le séparait des autres grands guitaristes de rock qu'on associe souvent à Hendrix (Clapton, Beck, Page, Bloomfield...) : alors que ces derniers essayaient d'être authentiques, Jimi se contentait d'être lui-même. L'influence de John Lee Hooker est certes perceptible lors du solo central où il double les notes de sa guitare de sa voix, mais son interprétation n'a rien de scolaire. Le fait que Jimi soit reconnu comme un grand bluesman tenait beaucoup à cœur à Alan Douglas : avec ce seul titre, le pari était déjà gagné !

La cover du "Born Under A Bad Sign" d'Albert King (repris par Cream sur "Wheels Of Fire") était alors inédite. Enregistrée le 15 décembre 1969 par le Band Of Gypsys, la version publiée ici est légèrement éditée : outre les premières et dernières secondes du titre, il y a un cut après le point d'orgue du solo, à 5:10. Quelques secondes en moins certes, mais ces dernières sont loin d'être indispensables : c'est un choix justifiable en l'espèce.
La section rythmique fournit ici à Jimi un groove fabuleux. L'improvisation de Jimi est ici un modèle du genre, d'autant plus impressionnante que le blues instrumental est un genre difficile, facilement ennuyeux. Rien de tel ici, le discours de Jimi est remarquablement bien construit. L'intensité monte progressivement jusqu'à atteindre (à partir de 3:54) le nirvana musical pendant plus d'une minute.

La version qui suit de "Red House" est connue de tous de ce coté de l'Atlantique : c'est la prise enregistrée le 13 décembre 1966 par le Jimi Hendrix Experience, retenue sur la version UK de "Are You Experienced".
"Jimi Hendrix :Blues" était donc sans doute plus destiné au marché américain, où cette version était inédite. En effet, absente de la version US du premier album de l'Experience, c'est une autre prise de "Red House" qui était proposée sur la version US de "Smash Hits" en juillet 1969. Moins puriste, et moins forte.

Enregistré le 10 novembre 1967 par le Jimi Hendrix Experience aux Pays-Bas, "Catfish Blues" était alors quasi inédit : certes présent sur le "Calling Long Distance" compilé par Caesar Glebbeek (crédité ici en tant que consultant), ce CD était réservé aux seuls abonnés de la revue UniVibes. Légèrement inférieure à la version publiée quelques années plus tôt sur "Radio One", cette reprise de Muddy Waters n'en reste pas moins un grand moment, prélude idéal au titre suivant, qui est son extrapolation Hendrixienne...

A savoir le "Voodoo Chile Blues", enregistré au Record Plant le 2 mai 1968 avec Steve Winwood, Jack Casady et Mitch Mitchell.
Les notes de pochette de Michael J. Fairchild (sur l'édition d'Alan Douglas) ont le mérite de ne pas tromper l'auditeur, car elles parlent de "prises". Toute la subtilité du pluriel... On ne rentrera pas dans le détail complexe du montage (combinant plusieurs prises) opéré par Alan Douglas et Bruce Gary.
Pour celui-ci, je vous renvoie au site suivant (d'autres ont déjà fait le travail) :
http://www.winwoodfans.com/hendrix.htm#voodoo
Hendrix est-il trahi par ce type de procédés ? La question mérite d'être posée. Mais la réponse est forcément plurielle. "Crash Landing" était un crime contre l'Œuvre. Mais Hendrix n'a jamais été contre le principe de montage en studio, bien en contraire (overdubs multiples, effets de studio, guitares à l'envers Etc.).
D'un coté, on peut estimer que "Voodoo Chile Blues" est un pas supplémentaire dans ce genre de procédés (comme Teo Macero le faisait avec brio pour Miles Davis à l'époque... mais avec l'accord de Miles). Inversement, on peut rétorquer que créer un titre de toutes pièces à des fins commerciales est une atteinte au droit moral de l'artiste.
En l'espèce, avant d'entendre un pirate présentant l'intégralité des différentes prise de "Voodoo Chile", je ne m'étais rendu compte de rien. De sessions intéressantes, mais non commercialisables en l'état, Alan Douglas a tiré une chimère musicale brillante, avec de fantastiques parties de guitare de Jimi.
N'est-ce pas le rôle d'un producteur ?

Enregistré le 22 avril 1969, c'est Billy Cox et Buddy Miles qui officient aux cotés de Jimi sur "Mannish Boy", alors que l'Experience n'était pas encore séparée... et le Band Of Gypsys encore dans les limbes. Ce remake up tempo du classique de Muddy Waters, largement influencé par le "I’m A Man" du Spencer Davis Group est en fait un hybride créé par Alan Douglas à partir de différentes prises. Il en a réuni les meilleurs éléments et fabriqué un titre complet, commercialisable (avec en prime un solo !). Et il faut reconnaitre que le travail de "montage-édition" est réussi : à l'écoute, on ne se rend compte de rien. Dans le principe, le procédé est similaire à celui de "Crash Landing". Mais les progrès techniques permettent toutefois de ne pas effacer les musiciens originaux... et la nuance est de taille !

Suit "Once I Had A Woman", publié en 1975 sur "Midnight Lightning", mais dans une version littéralement massacrée par Alan Douglas. Alan Douglas présente cette fois-ci le titre (presque) tel qu'il a été enregistré par le Band Of Gypsys dans sa fameuse séance du 23 janvier 1970 avec un harmoniciste inconnu. C'est un aveu d'échec de Douglas. Mais il est tout à son honneur car "Once I Had A Woman" est un autre grand moment, qui se divise en deux parties. La première est un blues très lent (improvisé ?), superbement chanté par Jimi. La seconde est constituée d'un fantastique solo où Jimi joue le feu.
Les pirates présentent des versions plus longues de cette prise, avec l'intégralité de la performance de l'harmoniciste... ce qui n'est pas un plus.

Immortalisée au Royal Albert Hall quelques semaines plus tôt, la reprise du "Bleeding Heart" d'Elmore James enregistrée au Record Plant par Billy Cox et Buddy Miles le 21 mai 1969 est ici jouée sur un tempo nettement plus rapide. Moins forte que la version de l'Experience, cette prise, éditée selon le site officiel, n'en demeure pas moins très intéressante : elle montre Jimi dans un registre blues où il excelle. Comment ne pas être impressionné par son phrasé ?

Le "Jelly 292" qui suit est en fait une autre prise de la "Jam 292" (moins forte à mon sens) publiée en 1973 sur "Loose Ends". Enregistré au Record Plant le 14 mai 1969, avec Billy Cox, Mitch Mitchell et Sharon Layne au piano, c'est une jam structurée, présentant des figures rythmiques bien travaillées pour chaque cycle. Mais ce sont surtout les soli de Jimi qui retiendront toute notre attention : ils sont assez brefs, mais intenses et toujours inspirés.

Déjà publié sur "Variations On A Theme - Red House" quelques années plus tôt (dans une version plus longue), l'intérêt de "Electric Church Red House"* était alors faible (*enregistrée aux TTG Studios le 29 octobre 1969 par l'Experience avec Lee Michaels à l'orgue, plus Buddy Miles en première partie). Même si le concept d'album blues pouvait justifier sa présence. Mais dans ce cas, pourquoi garder le montage inutile de deux titres qui n'ont rien à voir (voir ma chronique de "Variations On A Theme - Red House" pour le détail) ?

Le titre suivant est sublime (mais connu, exceptée l'introduction parlée) : "Hear My Train A Comin' (electric)" est en effet la version Live de "Get My Heart Back Together" jouée à Berkeley le 30 mai 1970 par le trio Hendrix/Cox/Mitchell. Sa présence signait donc l'arrêt de mort de "Rainbow Bridge", jamais réédité en CD, au grand désespoir de tous les amateurs de Jimi.


Au final ? Un recueil fantastique. D'autant plus intéressant que mis à part "Red House", le redécoupage discographique actuel a supprimé les doublons existant lors de sa sortie, rendant "Jimi Hendrix :Blues" encore plus indispensable.
Autre preuve de sa qualité : c'est le seul projet discographique d'Alan Douglas ressorti tel quel par Experience Hendrix LLC (excepté pour les notes de pochettes).

Le sondage


Dernière édition par Ayler le Lun 13 Déc 2010 - 17:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ayler
Admin
avatar

Messages : 2577
Date d'inscription : 04/06/2010
Age : 46

MessageSujet: Re: Jimi Hendrix :Blues (1994)   Sam 10 Juil 2010 - 18:50

Une couverture évocatrice...



Pour autant, elle est superbe, illustrant parfaitement l'ambition de l'album. D'autant que musicalement, elle n'est pas dénuée de sens.

Les notes de pochettes de la version originale, signées Michael Fairchild, supprimées de la version actuelle :

http://www.rockprophecy.com/blues.html

Les crédits, présents sur la version Experience Hendrix LLC :



Sur ce disque, Alan Douglas a fait ce qu'on attendait de lui : un vrai travail de producteur. Il y a bien sûr beaucoup de coups de ciseaux, mais ils ne trahissent pas la musique de Jimi - il suffit d'écouter les bandes sur lesquelles il travaillait pour s'en rendre compte. Pour ceux qui souhaitent écouter les bandes non éditées, il existe les pirates reprenant l'intégralité des sessions. Douglas refusant de publier des alternate takes, il me donne l'impression qu'il se moquait un peu du fait que les bandes circulent, ce qui n'est plus du tout le cas depuis la reprise en main de 1995.
Enfin, que ce soit pour Frank Zappa, Miles Davis ou Hendrix lui-même de son vivant ("Band Of Gypsys"), il est fréquent de voir ce type de techniques utilisées, afin de présenter sur disque la meilleure musique possible. Personne n'a reproché à Kramer d'avoir ainsi retravaillé la musique de Jimi sur l'album "Rainbow Bridge" - à partir du moment où c'est bien fait, le procédé est tout à fait acceptable. Ce qui n'est pas acceptable, c'est à mon avis de présenter tous ces enregistrement où Hendrix est désaccordé, se cherche, bref, ces passages qui ne sont pas à la hauteur de son niveau d'exigence habituel.
Jimi n'étant plus de ce monde, sauf à ne rien publier du Hendrix de la fin - ce qui serait à mon sens scandaleux, on est bien obligé de s'en remettre aux différents producteurs successifs. Il y a des réussites... et malheureusement beaucoup de ratés (le sommet restant tout de même "Crash Landing"/"Midnight Lightning").
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Electric Thing

avatar

Messages : 2458
Date d'inscription : 04/06/2010
Age : 47
Localisation : Légèrement à gauche de Saturne !

MessageSujet: Re: Jimi Hendrix :Blues (1994)   Mer 28 Juil 2010 - 18:21

Un album fantastique !

Et puis il a "Born Under A Bad Sign" ! I love you HALLUCINANT !

Les bidouillages y sont légions mais tellement bien faits que cela en devient un régal. Là dessus, Douglas nous a bien eu ! Laughing


Hendrix n'aurait sans doute pas renié cet album, ni fait mieux finalement...


Et j''adore cette très belle couverture.
Elle est lumineuse, joyeuse, belle, pleine de couleur, à l'image de son contenu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Electric Thing

avatar

Messages : 2458
Date d'inscription : 04/06/2010
Age : 47
Localisation : Légèrement à gauche de Saturne !

MessageSujet: Re: Jimi Hendrix :Blues (1994)   Mer 28 Juil 2010 - 18:21


Un boot.

Disc 1:
1. Electric Church Red House
2. Born Under A Bad Sign
3. Once I Had A Woman
4. Easy Blues
5. Mannish Boy
6. Villanova Junction Jam - the longest available version of this jam
7. Georgia Blues

Disc 2:
1. Jam 292 (aka. Jelly 292)
2. Voodoo Chile Blues
3. Strato Strut
4. Country Blues > Astro Man
5. Things I Used To Do
6. Bleeding Heart
7. Hear My Train A Comin'
8. Belly Button Window
9. It's Too Bad
10. Villanova Junction Jam - the edited version
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
the old new thing



Messages : 120
Date d'inscription : 04/06/2010

MessageSujet: Re: Jimi Hendrix :Blues (1994)   Ven 26 Fév 2016 - 13:36

Bonne année avec énormément de retard!!! (comme d'habitude quoi).
Bon en me promenant sur la toile j'ai trouvé ce truc qui devrait dire quelque chose à tous ceux qui connaissent bien cet album :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jmarshallh

avatar

Messages : 600
Date d'inscription : 06/06/2010
Age : 44

MessageSujet: Re: Jimi Hendrix :Blues (1994)   Lun 29 Fév 2016 - 2:43

bon ben voila jam 292 en 78 jours Smile belle trouvaille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.montpelliergo34.com
Tontonjimi

avatar

Messages : 2334
Date d'inscription : 04/06/2010
Age : 45
Localisation : Dunkerque (France)

MessageSujet: Re: Jimi Hendrix :Blues (1994)   Lun 29 Fév 2016 - 10:44

Oui une bien belle trouvaille cheers
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
nowhereman54

avatar

Messages : 458
Date d'inscription : 06/10/2010
Age : 64
Localisation : TROYES

MessageSujet: Re: Jimi Hendrix :Blues (1994)   Sam 7 Avr 2018 - 11:18

Je viens seulement de m'apercevoir que Jimi aura au moins une fois cité, à défaut de l'avoir interprétée intégralement  pour mon plus grand regret concernant son répertoire ( afin de pouvoir comparer sa version avec celle fantastique de Cream à San Francisco du 10 mars 1968,de près de 17 minutes,1er concert,parue sur "Wheels of Fire" en juillet 1968, et que Jimi connaissait à coup sûr), "Spoonfull", de Willie Dixon. Cela se situe à la fin de "Catfish Blues", entre 7'30 et 7'35.
Si Jimi s'y était sérieusement employé je suis certain que cela aurait été à mourir de bonheur. Et si j'avais été dans un de ses concerts, au lieu de gueuler qu'il reprenne "Hey Joe" ou autres standards dont il avait souvent ras le bol d'en faire la 100 ème version, j'aurai hurlé "Spoonfull"!!Ca l'aurait fait réagir, au moins verbalement, à défaut d'une interprétation impromptue. Quoique...
Si vous retrouvez d'autres citations de " Spoonfull" par Jimi, je suis preneur!!!
Je vais quand même réécouter toutes les versions de "Catfish Blues" par Jimi, au cas où. Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ayler
Admin
avatar

Messages : 2577
Date d'inscription : 04/06/2010
Age : 46

MessageSujet: Re: Jimi Hendrix :Blues (1994)   Dim 8 Avr 2018 - 0:32

nowhereman54 a écrit:
celle fantastique de Cream à San Francisco du 10 mars 1968,de près de 17 minutes,1er concert,parue sur "Wheels of Fire" en juillet 1968, et que Jimi connaissait à coup sûr), "Spoonfull", de Willie Dixon.

J'ai réécouté cette fabuleuse version de Cream plusieurs fois cette semaine. Elle est vraiment époustouflante. L'imagination de Jack Bruce semble sans limite. Il prend tous les risques - sans jamais mettre à côté. A ce titre, on ne peut que regretter que la jam avec Jack Bruce soit à ce point anecdotique. J'aurais vraiment aimé écouter ce que Jimi aurait pu produire avec une telle section rythmique - car Ginger Baker n'est pas moins formidable. En comparaison, les sections rythmiques de Jimi sont indéniablement moins aventureuses (surtout pour ce qui est de la basse bien sûr).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
nowhereman54

avatar

Messages : 458
Date d'inscription : 06/10/2010
Age : 64
Localisation : TROYES

MessageSujet: Re: Jimi Hendrix :Blues (1994)   Dim 8 Avr 2018 - 13:12

Les grands soli de Jimi( de plusieurs minutes) sur les différentes versions de "Machine Gun", "Red House", "Hear my Train  Comin", "Spanish Castle Magic", "Stone Free", "Voodoo Child" , "Purple Haze" ,"I Don't Live Today" dans son répertoire, mais aussi  ses reprises de "Tax Free", "Killing Floor", "SSB","Bleeding Heart","Catfish Blues"  sont ce qui m'interpelle le plus dans sa musique.
D'ailleurs en m'appuyant principalement sur les commentaires d'Ayler j'ai idée de noter sur une échelle de 1 à 5 la qualité musicale de ces versions et en faire pour chacune la moyenne... pour trouver les titres que Jimi a le mieux interprété sur l'ensemble de ses performances. Eh oui on passe le temps comme on peut!.... Me dire dans quelle rubrique du forum je peux faire paraître les résultats.
Mais si je suis tant obnubilé par la version citée de"Spoonfull" sur "Wheels of Fire" c'est parce que dans mon Panthéon musical personnel elle est chez "Cream"(que Jimi vénérait tant) l'équivalente du "Machine Gun" du 1/1/70 1er show chez Jimi. On parle plus souvent du solo de  "Crossroad" sur la même face du double LP, lui aussi remarquable mais c'est vers "Spoonfull" que je me tourne régulièrement, autant que vers le "Machine Gun" d'anthologie. Je les ai écoutés des milliers de fois, j'en connais chaque note par coeur, et jusqu'à ma mort, je les écouterai encore et toujours (dans ma voiture par exemple je n' écoute pratiquement qu'elles...). Car presque à chaque fois elles me font venir les larmes aux yeux tant elles m'émeuvent.Elles sont habitées d'une intensité et d'une perfection sublimes.J'ai le sentiment, en les écoutant, de vivre quelque chose de beau et de ne pas gaspiller un temps de vie si précieux ... On sent dans les 2 cas une musique qui colle à l'âme de ceux qui la jouent, avec une authenticité de l'expression artistique qui me touche et fait mouche à chaque fois sur ma petite personne.Ce seront d'ailleurs ces 2 chansons principalement que je vais enregistrer prioritairement sur une clé USB destinée au service funèbre responsable de mes obsèques futures...
Oui je donnerai une fortune pour avoir une version de "Spoonfull" de Jimi. Mais peut-être a-t-il jugé que celle de Cream était déjà trop sublime pour tenter d'au moins l'égaler. Quant à imaginer, en sens inverse, une reprise de"Machine Gun" cela semble tellement incongru que l'hypothèse ne se pose même pas. Ou aussi parce qu'il n'avait pas, comme le souligne Ayler, l'équivalent d'un Bruce à la rythmique. Car effectivement celui-ci ( et à un degré moindre,Baker, et encore...) "tire" Clapton , en le précédant souvent, vers ses développements principaux ( en particulier lors du point culminant, je dirai même la jouissance tant retenue et tant attendue, et qui explose enfin entre 11'45 et 12'07!!!! avec une basse faramineuse entre 11'45 et 11'55!!! et qui pour moi reste le moment certainement le plus jouissif  de toute ma bibliothèque musicale ).
Il me revient les remarques musicales avisées de Sequelenoise dans un échange privé (il ne m'en voudra pas je pense de citer ses paroles), où il soulignait que ce qui le marquait dans ce "Spoonfull", c'est" l'interaction des 3 solistes comme si Clapton avait besoin d'être poussé dans ses derniers retranchements pour jouer à ce niveau". Alors que pour Jimi "c'est le groove et l'émotion dégagés par la section rythmique qui sont les fondations sur lesquelles il bâtit, SEUL, son improvisation".
"Avec Cream, Clapton est entraîné dans différentes directions mais bien sûr ça ne fonctionne pas toujours et on a parfois l'impression que chacun joue ce qu'il veut de son côté, alors que Jimi reste TOUJOURS le seul maître à bord, avec aussi des risques de dérive quand l'inspiration et/ou l'équilibre entre concentration et abandon ne sont pas au rendez-vous".
Jimi, Jack et Ginger/Mitch enfermés pour jamer pendant une semaine dans un studio!!!!Mon rêve impossible !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Jimi Hendrix :Blues (1994)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Jimi Hendrix :Blues (1994)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Jimi Hendrix :Blues (1994)
» Jimi Hendrix :Blues (1994)
» Un nouvel album inédit de Jimi Hendrix prévu au mois de mars
» Nguyên Lê : Purple - Celebrating Jimi Hendrix (2002)
» Jimi Hendrix [sujet général]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Jimi Hendrix :: LA MUSIQUE :: Chroniques Hendrixiennes-
Sauter vers: