Jimi Hendrix


 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 San Francisco (Winterland) : 12 octobre 1968 [Second concert]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ayler
Admin


Messages : 2463
Date d'inscription : 04/06/2010
Age : 45

MessageSujet: San Francisco (Winterland) : 12 octobre 1968 [Second concert]   Sam 10 Juil 2010 - 15:00

San Francisco (Winterland) : 12 octobre 1968 [Second concert]


Titres :

1. Foxy Lady
2. Manic Depression
3. Sunshine Of Your Love
4. Little Wing
5. Spanish Castle Magic
6. Red House
7. Voodoo Child (Slight Return)
8. This Is America (Star Spangled Banner)
9. Purple Haze

Sources audio :

- "The Winterland Reels" (ATM 213/2003/CDR) : C'est un enregistrement soundboard d'excellente qualité audio, couvrant l'intégralité du concert ;
- "The Jimi Hendrix Concerts" ("Little Wing") ;
- "Live At Winterland" ("Manic Depression", "Spanish Castle Magic").


Le Jimi Hendrix Experience monte pour la sixième et dernière fois sur la scène du Winterland : pas d'invité, moins de jams... mais toujours de gros problèmes techniques !

Dès l'introduction de "Foxy Lady", il est manifeste que les soucis techniques rencontrés lors du concert donné l'après-midi sont loin d'être résolus. Le feed back ne sort pas comme d'habitude mais là encore, Mitch Mitchell impressionne par sa réactivité : il vient au secours de Jimi, remplissant l'espace laissé vacant avec maestria.
La partie chantée est interprétée efficacement par le groupe.
Hendrix se lance dans un solo très différent de celui de la version studio (sans doute difficile à reproduire dans ces conditions), et, un peu contre toute attente, nous livre de 3:45 à 4:00* un moment de pur génie. Avec un minimum de notes, Jimi réussit à faire monter l’intensité de deux crans par son incroyable créativité rythmique.
Une version impressionnante compte tenu du contexte…
* source ATM

"C'est vraiment dommage d'avoir tous ces problèmes aujourd'hui."
Alors qu'un spectateur réclame "Watchtower", Jimi lui répond "s'il te plait, j'essaie de parler au gens, OK ? Silence ! De toute façon, j'ai oublié les paroles..."
Hendrix demande ensuite au public de comprendre son message (et développe son discours plus qu'à l'accoutumée). Il précise que son ampli est cassé, et qu'il va falloir deux minutes pour le réparer...

Il en profite pour introduire "Manic Depression" : "c'est une histoire à propos d'un mec qui aimerait faire l'amour à sa musique plutôt qu'aux sempiternelles femmes ordinaires OK ?"
Les problèmes ne sont pas réglés pour autant et l'attente se prolonge...
Le groupe livre une bonne version de "Manic Depression" (la dernière jamais jouée d'ailleurs), d'autant que c'est un morceau dont la mise en place n'est pas des plus faciles : les 3/4 ternaires se font plutôt rares dans un contexte rock. Jimi assure d'ailleurs un chant correct malgré la complexité rythmique. Il se bat un peu avec sa guitare au début du solo, mais les tensions créées correspondent bien à l'ambiance du titre.
"Cry on guitar !" lâche-t-il avant de reprendre le dernier couplet.
On se rend là encore compte des qualité musicales de Mitch Mitchell, qui excelle dans sa performance.

"Il nous reste environ 4 haut-parleurs, et environ trois lampes (...) Noel n'a plus que deux haut-parleurs, et Mitch en est à sa troisième paires de bras, mais putain de merde, j'en ai rien à branler !"
Jimi lance aussitôt le thème de "Sunshine Of Your Love", il joue quelques riffs en devenir avant laisser le devant de la scène à Noel Redding pour un solo de basse (Jimi utilise sa guitare comme d'une percussion pour l'accompagner).
Jimi insiste sur le riff de "Outside Woman Blues", mais Noel ne le rejoint pas sur cette voie.
Après la reprise du thème, Jimi part en solo, mais le son de sa guitare est sans doute moins saturé qu'il ne le souhaiterait...

Vient ensuite "Little Wing", qui constitue peut-être le sommet de ces trois jours. L'Experience transcende littéralement la version studio. Alan Douglas ne s'y est pas trompé en la retenant pour son "Jimi Hendrix Concerts"... mais, fidèle à son habitude, il a eu la main lourde lors de son mixage : non seulement il a mis de la réverbe partout, mais il a aussi rajouté un bonne dose de Flanger sur la guitare de Jimi.
Le mixage proposé sur les "Winterland Reels" étonnera dans un premier temps l'auditeur habitué à la version de Douglas. Mais passé l'effet de surprise, la beauté du titre, dans toute sa simplicité, n'en est que plus éclatante.
Le chant de Jimi est magnifique : posé, nuancé, émouvant... ce qui ne l'empêche pas de jouer des contrepoints guitaristiques tous plus inspirés les uns que les autres !
La rythmique de Noel et Mitch est un modèle du genre : Mitch comble tous les espaces laissés par le minimalisme de Noel, mais sans jamais charger l'espace sonore.
Le solo de Jimi prend le même chemin que celui de la version originale, modulé par un jeu de wah wah étonnant de nuance. L'équilibre entre tension et relâchement est idéal : seule la version du Royal Albert Hall ira plus loin encore en la matière.

"Je suis vraiment désolé pour l'attente..."

"Un deux trois quatre..." et retentit l'introduction de "Spanish Castle Magic" : retenue sur le "Live At Winterland" de Douglas, c'est une version solide malgré les problèmes techniques. Le chant de Jimi est irréprochable.
Mais c'est le groupe dans son ensemble qui impressionne : solidité rythmique de Redding, inventivité éclatante de Mitch Mitchell et un solo très inspiré de Jimi, dont les idées fusent comme aux meilleurs jours.

Jimi se plaint encore de la qualité son équipement, et regrette que l'Experience ne se présente pas "tels qu'ils sont vraiment".
Il demande soudain à un spectateur si ce qu'il lui propose est un "space cake" ("hash cookie" en anglais) puis déconne en prenant une voix digne d'un dessin animé : "Oh, je perd complètement les pédales !"

Reprenant son sérieux, il annonce "une chanson qu'on a enregistré il y a environ deux ans, elle est sortie sur notre album anglais... mais tout le monde avait peur de la sortie aux USA"... parce que c'était un blues !
Comme à son habitude, Jimi profite de "Red House" pour improviser au gré de son inspiration.
Les deux premiers couplets sont ainsi parfaitement interprétés.
Malheureusement, les problèmes techniques des amplis Jimi plombent littéralement le solo : le manque de puissance est criant, surtout lorsque la rythmique s'emballe. Et pour couronner le tout, Jimi rencontre en plus des problèmes de justesse !
Le solo s'étire tout de même sur 4 cycles de 12 mesures : les deux derniers, plus calmes, passent mieux.

Sans transition, Jimi lance l'introduction de "Voodoo Child (Slight Return)"... mais dès que Mitch et Noel rentrent en scène, on ne peut que constater le manque de puissance de l'amplification de Jimi. Pour autant, il assure très professionnellement le premier couplet, avant de se lancer dans un court solo où il réussit à sauver les meubles.
Il repart en solo après le second couplet, mais laisse à Mitch le soin de conclure les débats.

Jimi confie à son audience que "c'est une situation très embarrassante..." et annonce le titre suivant : "This Is America".
Après une longue introduction plus proche du free jazz que d'autre chose, Jimi joue le thème de "Star Spangled Banner", accompagné de longues notes tenues par Noel tandis que Mitch marche sur les pas de Tony Williams et d'Elvin Jones.
Il y a des moments intéressants, même si le tout est un parfois décousu.

Après ses deux mesures d'introduction, Hendrix lance le thème de "Purple Haze". C'est une version solide et efficace (à défaut d'être rigoureuse !), avec quelques fulgurances guitaristiques. Jimi se trompe encore dans les paroles du troisième couplet... et alors que le titre semble devoir se terminer, il reprend le troisième couplet en insistant bien sur les paroles oubliées !
Le final pour le moins bruitiste laisse supposer un règlement de compte définitif avec ce matériel si capricieux.
Jimi remercie la foule, avant de la laisser avec le seul feed back de sa guitare.

Au final ? Sans doute le meilleur des 6 concerts donnés au Winterland, et ceci malgré les problèmes techniques.
La première partie du concert est à la hauteur de ce que l'on peut attendre de Jimi ; et la version de "Little Wing" jouée ce soir inoubliable.
La suite est moins forte, mais le groupe fait preuve d'un grand professionnalisme dans l'adversité et mérite d'être salué à ce titre.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.facebook.com/SugarSweet44
Electric Thing



Messages : 2504
Date d'inscription : 04/06/2010
Age : 45
Localisation : Légèrement à gauche de Saturne !

MessageSujet: Re: San Francisco (Winterland) : 12 octobre 1968 [Second concert]   Mer 21 Juil 2010 - 1:16

THE JIMI HENDRIX EXPERIENCE
The Winterland Reels Vol. 2 (ATM 211-213)



Winterland Arena, San Francisco, October 11, 1968 (complete 2nd show) & October 12, 1968 (complete 1st & 2nd show)
Stereo Soundboard Digitally Restored

Upgrade of ATM 011-016 "Three Nights of Winter", which was used for "official" release "3 Nights At Winterland".

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Electric Thing



Messages : 2504
Date d'inscription : 04/06/2010
Age : 45
Localisation : Légèrement à gauche de Saturne !

MessageSujet: Re: San Francisco (Winterland) : 12 octobre 1968 [Second concert]   Mer 21 Juil 2010 - 1:17

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Purple Jim



Messages : 2258
Date d'inscription : 09/07/2010

MessageSujet: Re: San Francisco (Winterland) : 12 octobre 1968 [Second concert]   Ven 21 Oct 2011 - 0:24

Le "Sunshine Of Your Love" de ce show, avec Jimi qui dit "Fuck it, hell, I don't give a damn" est bien sur le CD 3 du nouveau coffret. Pour la version sur "Live At Winterland", Alan Douglas avait utilisé cette introduction de Jimi, greffé devant la version du 10 octobre !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pagesperso-orange.fr/hendrix.guide/hendrix.htm
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: San Francisco (Winterland) : 12 octobre 1968 [Second concert]   Aujourd'hui à 2:13

Revenir en haut Aller en bas
 
San Francisco (Winterland) : 12 octobre 1968 [Second concert]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Cream - Silver Horses (Oakland : 4 octobre 1968)
» TTG studios (Hollywood) : 18 au 31 octobre 1968
» Backstage : Bakerfield (Civic Auditorium) : 26 octobre 1968
» Honolulu (‘Art-Park Festival’ ) : 5 octobre 1968 (jam)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Jimi Hendrix :: LA MUSIQUE :: Hendrix Live-
Sauter vers: